Marie de France

ca. 1180

Fables

Édition de Baptiste Laïd, d’après le texte établi par Charles Brucker (deuxième édition, 1998)
2018
Ont participé à cette édition électronique : Baptiste Laïd (Transcription, relecture, stylage, indexation des motifs) et Éric Thiébaud (Édition TEI).

Marie de France — Prologue

Prologue §

Cil ki seivent de lettr[e]ure,
devreint bien mettre [lur] cure
es bons livres e [es] escriz
e as [es]samples e as diz
ke li philosophe troverent
e escristrent e remembrerent :
Par moralité escriveient
les bons pruverbes qu’il oieient,
que cil amender se peüssent
ki lur entente en bien eüssent ;
ceo firent li ancïen pere.
Romulus, ki fu emperere,
a sun fiz escrit, si manda
e par essample li mustra
cum il se deust cuntregaiter*
que hum nel p[e]ust enginner.
Esop[es] escrist a sun mestre
que bien cunust lui e sun estre,
unes fables ke ot trovees,
de griu en latin translatees.
Merveille en eurent li plusur
qu’il mist sun sen en tel labur ;
mes n’i ad fable de folie
u il n’en ait philosophie
es* essamples ki sunt aprés,
u des contes est tut li fes.
A mei, ki dei la rime faire,
n’avenist nïent a retraire
plusurs paroles que i sunt ;
mes nepuruc cil me sumunt,
ki flurs est de chevalerie,
d’enseignement, de curteisie ;
et quant tel hum me ad requise,
ne voil lesser en nule guise
que n’i mette travail e peine,
ki que m’en tienge pur vileine,
de fere mut pur sa preere ;
si commencerai la premere
des fables ke Esopus escrist,
que a sun mestre manda e dist.

Marie de France, n° 1 §

[P503]

Le coq et la pierre précieuse §

Del cok [re]cunte ke munta
sur un femer e si grata ;
sulum nature [se] purchaçot
sa vïande cum il meuz sot ;
une chere gemme trova,
clere la vit, si l’esgarda.
« Jeo quidai », fet il, « purchacer
ma viande sur cest femer ;
ore ai ici gemme trovee :
ja n’i ert pur mei honuree !
Si un riche hume vus trovast,
bien sai ke de or vus aürnast,
si acreüst vostre beauté
par l’or, que mut ad grant clarté.
Quant ma volenté n’ai de tei,
ja nule honur n’averas de mei. »
Autresi est de meinte gent,
se tut ne* veit a lur talent,
cume del cok et de la gemme ;
veu l’avums de humme et de femme ;
bien e honur niënt ne prisent,
le pis pernent, le meuz despisent.

Marie de France, n° 2 §

[P155]

Le loup et l’agneau §

Ci dit del lu e de l’aignel,
ki beveient a un clincel.
Li lus en la surse beveit
e li aignels aval esteit ;
iriement parla li lus,
que mut esteit cuntrarïus ;
par maltalent parla a lui :
« Tu me fes », dist il, « grant ennui. »
Li aignel[ez] ad respundu :
« Sire, de quei ? » — « Dun ne veiz tu ?
Tu m’as cest’ ewe si trublee
n’en puis beivre ma saülee ;
arere m’en irai, ceo crei,
cum jeo vienc ça, murant de sei. »
Li aignelez dunc li respunt :
« Sire, ja bevez vus amunt,
de vus me vient ceo que ai beü. »
« Quei ! », feit li lus, « maudiz me tu ? »
Cil li ad dit : « N’en ai voleir. »
Li lus respunt : « Jeo en sai le veir.
Cest me[i]mes me fist tun pere
a ceste surse, u od lui ere,
ore ad sis meis, si cum jeo crei. »
« Que retez vus ceo », fet il, « a mei ?
Ne fu pas nez dunc, si cum jeo quit. »
« E ke pur ceo ? » li lus ad dit.
« Ja me fez tu ore cuntrere
e chose que ne deussez fere. »
Dunc prist li lus l’aignel petit,
as denz l’estrangle, si l’ocit.
Issi funt li riche seignur,
li vescunte e li jugeür
de ceus qu’il unt en lur justise ;
faus’ acheisuns par coveitise
treovent asez pur eux cunfundre :
suvent les funt a pleit somundre,
la char lur tolent e la pel,
si cum li lus fist a l’aignel.

Marie de France, n° 3 §

[P384]

La souris et la grenouille §

Sulum la letre des escriz
vus musterai de une suriz
que par purchaz e par engin
aveit message a un mulin.
Par essample cunter vus voil
que un jur s’asist desur le suil ;
ses gernunez apparailla
et de ses piez les p[e]luscha.
Devant lui passa une reine,
si cume aventure la meine ;
demanda li en sa reisun
si ele ert dame de la meisun
dunt ele se feseit issi mestre,
si li acuntast de sun estre.
La suriz li respunt : « Amie,
pieça k’en oi la seignurie ;
bien est en ma subjectïun,
quant es pertuz tut envirun
puis herberger e jur e nuit,
juër e fere mun deduit.
Ore remanez anuit od mei,
sil vus musterai par dreite fei
sur la mole mut a eise ;
n’i averez rien que vus despleise,
asez averez ferine e greins
del blé que remeint as vileins.
La reine vient par sa priere,
amdeus s’asient sur la piere ;
mut [i] troverent a manger
sanz cuntredit e sanz danger.
La suriz par amur demande
a la reine de sa vïande,
quei l’en semble, verité l’en di.
« N’en mentirai », fet ele, « mie :
mut par esteit bien apparaillé,
si en ewe eüst esté muillé.
En mi cel pré en un wascel
fussums ore, que mut est bel :
la est la meie mansïun ;
bele amie, kar i alum !
Tant i averez joie e deduit,
jamés n’avriez talent, ceo quit,
de repeirer a cest mulin ».
Tant li premet par sun engin
e la blandist par sa parole
que la creï, si fist ke fole.
Ensemble od li s’en est alee,
le prez fu [si] plein de rusée
la suriz fu issi muillee
que ele quida bien estre neé[e] ;
arere voleit returner,
kar ne poeit avant aler.
Mes la reine l’ad apelee,
que a force l’en ad amenee
tant par amur, tant par preere,
tant qu’il vienent a la rivere.
Dunc ne pot la suriz avant,
a la reine dist en plurant :
« [I]ci ne puis jeo pas passer,
kar jeo ne sai unkes noër. »
« Pren », fet la reine, « cest filet,
sil lïez ferm a tun garet,
e jeo l’atacherai al mien :
la rivere pass[er]um bien. »
La suriz s’est del fil lïee,
a la reine s’est atachee ;
el gué se mettent, si s’en vunt.
Quant eles vindrent al parfunt,
si la volt la reine neier,
od li cumencë a plunger.
La suriz pipe en aut e crie,
que quida tut’ estre perie.
Un escufle i vient roant,
vit la suriz ki veit pipant,
les eles clot, aval descent,
li e la reine ensemble prent :
amdui furent al fil pendant.
La reine fu corsu e grant ;
li escufles par cuveitise
la suriz lait, la reine ad prise,
mangie l’ad e devoree ;
e la suriz est deliveree.
Si est des veizïez feluns :
ja n’averunt si bons cumpainuns,
tant facent a eus grant honur,
si rien lur deit custer del lur,
que durement ne seient liez,
si par eus seient enginniez.
Mes il ravient asez sovent
que de me[is]mes le turment,
que as autres quident purchacer,
avait lur cors a periller*.

Marie de France, n° 4 §

[P478]

Le chien et la brebis §

Ci cunte d’un chien menteür
de males* guisches, e tricheür
que une berbiz enpleida :
devant justise la mena,
si li a un pain demandé,
qu’il li aveit, ceo dist, apresté.
La berbiz tut le renea
e dit que nul ne li apresta.
Li juges al chien demanda
se nul testimoine en a.
Il li respunt qu’il en a deus,
ceo est li [e]scufles e li lus.
Cil furent avant amené ;
par ser[e]ment unt afermé
que ceo fut veirs que li chiens dist.
Savez pur quei chescun le fist ?
Qu’il en atendeient partie,
se la berbiz perdist la vie.
Li jugere dunc demanda
a la berbiz qu’il apela
pur quei il ot le pain neié
que li chiens li aveit baillé ;
menti en ot pur poi de pris ;
ore li rendist einz qu’il fust pis.
La cheitive ne l’ot* dunt rendre :
dunc li covient sa leine vendre.
Yvern esteit, de freit fu morte.
Li chiens i vient, sa leine en porte,
e li escufles d’autre part,
e puis li lus, trop li est tart
que la chars fust entre eus destreite,
kar de vïande eurent suffreite ;
ne la berbiz plus ne vesqui :
sis sires del tut la perdi.
Ceste essample vus veut mustrer :
de meint hume le puis pruver,
ki par mentir e par tricher
funt les povres suvent pleider ;
faus tes[ti]moines sovent traient,
de l’aveir as povres les apaient ;
ne lur chaut que li las devienge,
mes que chescun sa part [en] tienge.

Marie de France, n° 5 §

[P133]

Le chien et le fromage §

Par une feiz, ceo vus* recunt,
passoit un chien desur un punt ;
un fourmage en sa buche tient ;
quant en mi le puncel [par]vient,
en l’ewe vit l’umbre del furmage ;
purpensa sei en sun curage
que aveir les voleit amduis.
Ileoc fu il trop cuveitus :
en l’ewe saut, la buche overi,
e li furmages li cheï ;
e umbre vit, e umbre fu,
e sun furmage aveit perdu.
Pur ceo se deivent chastïer
cil ki trop sulent coveiter.
Ki plus coveite que sun dreit,
par sei me[is]mes se recreit ;
kar ceo qu’il ad pert [il] sovent,
et de [l’]autrui n’a il n[i]ent.

Marie de France, n° 6 §

[P314]

Le mariage du soleil §

Par essample fet ci entendre
que li soleil volt femme prendre.
A tute creature le dist
e que chescun se purveïst.
Les creatures s’asemblerent ;
a la Destinee en alerent,
si li mustrerent del soleil
que de femme prendre quert cunseil.
La Destinee lur cumande
que veir dient de la demande
a ceo que avis lur en esteit.
Cele parla ke meuz saveit.
« Quant le soleil, » fet il, « est hauz
el tens d’esté, est il si chauz
qu’il ne lest rien fructifïer,
[e] terre e herbe fet sechier,
e s[i]’il ad esforcement
e cumpainë a sun talent,
nule riens nel purra suffrir,
desuz li vivre ne garir. »
La Destinee respundi :
« Veir avez dit. Leissum le issi
cum il ad esté grant tens a,
kar ja par mei n’esforcera. »
Issi chastie les plusurs
qui sur eus unt les maus seignurs,
que pas nes deivent esforcier
n’a plus fort de eus acumpainer
par lur sen ne par lur aveir,
mes desturber e lur poeir.
Cum plus est fort, [e] pis lur fet ;
tus jurs lur est en mal aguet.

Marie de France, n° 7 §

[P156]

Le loup et la grue §

Issi avint que un lus runga
un os quë al col li vola,
e quant el col li fu entrez,
mut durement en fu grecez.
Tutes les bestes asembla
e les oiseus a sei manda ;
puis ad fet a tuz demander
si nul le* seit mediciner.
Entre eus en unt lur cunseil pris,
chescun en dist le suen avis ;
fors la grüe, ceo dient bien,
n’i ad nul de eus que en sache rien ;
le col ad lung e le bek gros,
ele en purreit bien traire* l’os.
Li lus li pramist grant löer,
pur ceo ke lui vousist aider.
La grüe lance le bek avant
dedenz la gule al malfesant ;
l’os en ad treit, puis li requist
que sa pramesse li rendist.
Li lus li dist par maltalent
e aferma par serement
que li semblot e verité fu
que bon lüer aveit eü,
quant sa teste en sa buche mist
qu’il ne l’estrangla e oscist.
« Tu es », fet il, « fole pruvee,
quant de mei es vive eschapee,
que tu requers autre lüer,
que de ta char ai grant desirer ;
mei, ki sui lus, tieng jeo pur fol
que od mes denz ne trenchai tun col. »
Autresi est del mal seignur :
si povres hom li fet honur
e puis demant sun guer[e]dun,
ja n’en avera si maugré nun ;
pur ceo qu’il seit en sa baillie,
mercïer li deit* de sa vie.

Marie de France, n° 8 §

[P480]

La chienne qui était sur le point de mettre bas §

De une lisee voil ore cunter
que preste esteit de chaeler ;
mes ne sot u estre peüst,
ne u ses chaels aveir deüst.
A un’ autre lisse requist
que en sun ostelet la suffrist,
tant kë ele eüst chaelé ;
mut l’en savereit, ceo dist, bon gré.
Tant l’ad requisë e preié
que cele od lui l’ad herbergié.
Puis, quant ele ot eü chaels
(e espeldriz furent e bels),
celë a ki l’ostel esteit
pur eus sovent damage aveit.
De sa meisun les ruve eissir,
mes [i] veut mes plus cunsentir.
L’autre se prist a dementer
e dit que ele ne seit u aler ;
yver esteit, pur la freidur
murreit la fors a grant dolur ;
dunc li requist par charité
que ele l’erberge desque a l’esté.
Cele ot de li mut grant pité,
si li ad issi otrié.
Quant le bel tens vit revenir,
dunc les ruve fors eissir.
L’autre comencë a jurer,
si jamés l’en oeit parler,
que si chael le detrareient
e ors a l’us la butereient.
La force ert lur e la vigur :
fors l’en unt mise en deshonur.
Cest essample purrez saveir
e par meint prudumme veeir
que par bunté de sun curage
est dechacié de heritage.
Ki felun humme od li acuilt
ne s’en part mie, quand il le veut.

Marie de France, n° 9 §

[P352]

La souris des villes et la souris des bois §

Ci dit de une suriz vilaine
quë a une vile prouceine
voleit aler pur deporter.
Par mi un bois l’estut passer ;
dedenz le bois li anuita.
Une hulette ileoc trova
que une suriz de bois ot fete ;
sa vïandë i ot atrete.
La suriz de vile demande
si ele ot iluec point de viande.
Cele respunt : « Jeo en ai asez ;
venez avant e sil veez !
Si plus eüssez de cumpainie,
si en seriez vus bien servie. »
Quant ele ot piece iluec esté,
a sa cumpainë ad parlé,
dist que od li est sun estre mauveis
et que ele ne volt demurer meis ;
od li vienge, si avera
riches sales, ke li durra,
beles despenses, beaus celers
e bons beivres e bons mangers.
Cele la crei, od li s’en va ;
en riches sales la mena,
si li ad mustré ses solers,
ses despenses, [e] ses celers,
plenté de farine e de miel ;
cele quida bien estre el ciel.
Mes or viendrent li buteler,
quë entrer durent el celer.
Si tost cum il ovrirent l’us,
la suriz s’en fuit es pertus.
La boscage fu esbaïe,
que lur estre ne saveit mie.
Quand cil eissirent del celer,
les suriz revindrent manger ;
cele fu murne e en dolur,
ki ot eü de mort poür.
Sa cumpaine la regarda,
par grant duçur li demanda :
« Quel semblant fet ma duce amie ? »
— « Jeo sui », fet ele, « maubaillie
pur la poür que jeo ai eüe ;
mut me repent que te ai cr[e]ue.
Tu me cuntoues tut tun bien,
mes de tun mal ne deïstes rien.
Ore as tu poür de la gent,
de chaz, de oiseus tut ensement
e des engins que hum fet pur tei.
Meuz amereie al bois par mei,
a seürté e sanz destresce,
quë en tes solers od tristesce. »
Ceste fable dit pur respit
chescun aimt meuz le suen petit
que il a den pes e sanz dutance
que autrui richesce od mesestance.

Marie de France, n° 10 §

[P1]

Le renard et l’aigle §

Dë un gupil cunt la manere
quë ert eissuz de sa tesniere ;
od ses enfanz devant jua.
Un egles vient, l’un en porta.
Li gupilz vet aprés criant
qu[e]’ il li rendist sun enfant ;
mes il nel volt mie escuter,
si l’en cuvient a returner.
Un tisun prist de feu ardant
e secche buche vet cuillant ;
entur le chesne le meteit
u li aigle sun ni aveit.
Li egles vit le fu espris ;
al gupil prie e dit : « Amis,
estein le feu ! Pren tun chael !
Ja serunt ars tuit mi oisel. »
Par cest essample entendum nus
que si est del riche orguillus :
ja del povre n’avera merci
pur sa pleinte ne pur sun cri ;
mes si cil s’en peüst venger,
sil verreit l’um tost suppleer.

Marie de France, n° 11 §

[P149]

Le lion chasseur §

Jadis esteit custume e leis
que li leüns deust estre reis
sur tutes les bestes ki sunt
e ke conversent en cest munt.
Del bugle ot fet sun senescal
que a pruz le tient e leal ;
al lu bailla sa pruvosté.
Tut treis [s’en] sunt en bois alé.
Un cerf trevent, sil chacerent ;
quant pris l’eurent, si l’escorcerent.
Li lus al bugle demanda
coment le cerf departira.
« Ceo est », fet il, « en mun seignur,
qui nus devum porter honur. »
Li leüns ad dit e juré
que tut ert suen pur verité,
la primere part avereit
pur ceo que reis ert, e dreiz esteit ;
[e l’altre part pur le gu[a]ain
pur ceo qu’il le terz cumpain ;]
l’autre partie avera, ceo dist,
raisun estait, kar il l’ocist ;
e ki la quarte part prendreit,
ses enemis morteus serreit.
Dunc n’i osa nus atucher :
tut lur estut le cerf lesser.
Un’ autre fez ot li leüns
en bois od lui plus cumpainuns ;
la chevre e la berbiz i fu.
Un cerf unt pris e retenu.
En quatre part le voleient partir.
Li leüns dit : « Jeo le voil saisir.
La greinur part deit estre meie,
kar jeo sui reis, la curt l’otreie.
[L’altre avrai, kar jeo i curui
e la tierce, kar plus fort sui.]
Le surplus ai si divisee
que nul ne lavera senz mellee. »
Tuit li cumpainun, quant l’oïrent,
tut li laisserent, si fuïrent.
Autresi est, ne dutez mie,
si povres hum prent cumpainie
a plus fort hume qu’il ne seit :
ja del guain n’avera espleit.
Li riches volt aver l’onur,
u li povres perdra s’amur ;
e si nul gain deivent partir,
li riches vout tut retenir.

Marie de France, n° 12 §

[P259]

L’aigle et la corneille §

Ci dit que uns egles vient volant
juste la mer peissun querant :
une welke truva entiere,
mes [il] ne sot en quel manere
peüst la scale depescer.
Quant a un ni volt repeirer,
une corneille l’en encuntra,
si dit que bien li enseignera
cum la scale purra overir
si ele al peissun pust partir.
Puis li rova amunt voler
tant haut cum plus purreit munter ;
quant il sera munté la sus,
si lest la welke cheïr jus
sur dure tere u sur rocher,
si la purra bien depescer.
Li aigles ad mut grant desirer
de la welke qu’il tient manger ;
haut la porte, cheïr la leit.
La corneille fut en agueit :
avant ala, del bek feri,
si bien que la scale un poi overi ;
le peissunet dedenz manga,
l’escale lest, si s’en ala,
einz que li egles i fust venuz
ne qu’il se fust aparceüz
le pertuset ot fet petit,
[si] que li egles pas nel vit.
Par ceste fable del peissun
nus mustre essample del felun
que par agueit e par engin
mescunseille sun bon veisin ;
tele chose li cunseille a fere
dunt cil ne peot a nul chief trere.
Et quant il unkes sunt meuz asemble
par traïsun li tout e emble
l’aveir que cil ad purchacié
par grant travail e gu[a]ainié.

Marie de France, n° 13 §

[P124]

Le corbeau et le renard §

Issi avient, e bien pot estre,
que par devant une fenestre
quë en une despense fu
vola un corf, si ad veü
furmages que dedenz esteient,
e desur une cleie giseient ;
un en ad pris, od tut s’en va.
Un gupil vient qui l’encuntra ;
del furmage ot grant desirer
qu’il en peüst sa part manger ;
par engin voldra essaier
si le corp purra enginner.
« A, Deu sire ! » fet li gupilz,
« tant par est cist oisel gentilz,
el mund[e] nen ad tel oisel !
Unc de mes oilz ne vis si bel !
Fust teus ses chanz cum est ses cors,
il vaudreit meuz que nul fin ors. »
Li corps se oï si bien loër
quë en tut le mund n’ot sun per,
purpensé s’est qu’il chantera,
ja pur chanter los ne perdra :
le bec overi, si chanta
e li furmages li eschapa ;
a la tere l’estut cheïr
e li gupil le vet seisir.
Puis n’ot il cure de sun chant,
del furmagë ot sun talant.
Ceo est essample des orguillus,
ki de grant pris sunt desirus ;
par losanger, [e] par mentir
les puet hum bien a gré servir ;
le lur despendent folement
pur faus losenge de la gent.

Marie de France, n° 14 §

[P481]

Le lion malade §

De un leün cunte li escriz,
ki fu defreiz e enveilliz ;
malades jut mut lungement,
del relever n’i ot n[i]ent.
Tutes les bestes s’asemblerent,
pur lui veer a curt alerent.
Li plusurs sunt pur lui dolent,
e as esquanz n’i chaut n[i]ent,
e teus i a i vunt pur dun
a la devise del leün,
e saver voleient li plusur
si en lui ad mes nul retur.
Li bucs de ses cornes l’abute*
e li asnes, que pas ne dute,
od le pié le fiert sus le piz ;
de l’autre part vient li gupilz,
as denz le mort par les oreilles.
Dit li leüns : « Jeo vei merveilles !
Bien me sovient que en un eé,
quand jefnes fu e en sancté,
quë autres bestes me dutouent
cume seignur e honurouent :
quant iere liez, haitiez esteient ;
quant ere irez, mut se cremeint.
Ore me veient afieblïé,
defulé me unt e avilé.
Mut me semble greinur vilté
de ces kis furent mi privé
a ki jeo fis honur e bien,
ki n’en remembrent nule rien,
que des autres que jeo mesfis :
li nunpuissant ad poi amis. »
Par me[is]mes ceste reisun
pernum essample del leün :
ki que unc chiecë en nunpoeir,
si piert sa force e sun saveir,
mut le tienent en grant vilté
nis les plusurs qui l’unt amé.

Marie de France, n° 15 §

[P91]

L’âne qui veut jouer avec son maître §

De un riche hume cunte li escrit,
quë aveit un chenet petit.
Suventefeiz a lui jua,
e un sun asnes l’esguarda.
En sun curage entendi bien
que tuit li* autre aiment le chien
pur le seignur quil cherisseit
e ki od lui se deduieit.
Suz sun mantel le fist muscier,
sil fist les autres surabaier.
Mut s’est li asnes purpensez
que meuz del chien vaut [il] asez
e de bunté et de grandur,
meuz savereit a sun seignur
jüer que li chenez petiz
e meuz sereit oï ses criz
meuz savereit sur li saillir
meuz savereit des piez ferir.
Pur fol se tient que a lui ne veit
ne que od sa voiz ne crie e breit
cum fet li chiens sur le seignur.
Issi avient ke par un jur
se alot li sires deduiant
e od le chenet va juant.
Ne pot li asnes plus suffrir
vers le seignur prist a venir.
Sur lui comence a rechaner
que tut le fait espoënter
des piez le fiert, sur lui sailli,
si que a la tere l’abati.
Par un petit ne l’a crevé
si li sires n’en eüst crié :
« Haro, haro, [sa] aidez-mei »
Si humme i saillent a desrei,
chescun od mace u od bastun,
l’asne fierent tut envirun
— a grand martire e a dolur
porent rescure lur seignur –
desi que l’asne unt tant batu
qu’il le leissent tut estendu :
a grant peine vient a sa stable.
Saveir poüm par ceste fable
la manere de ceste gent –
mut le* poet [hoem] veer sovent –
que tant se veulent eshaucer
e en tel liu aparagier
que ne avient pas a lur corsage
ensurketut a lur parage.
A meint en est si avenu
cum a l’asne ki fu batu.

Marie de France, n° 16 §

[P150]

Le lion et la souris §

De un leün dit ki se dormeit
en un boscage u il esteit.
Entur lui se vunt deduiant
li suriz petiz en juant ;
l’une curut — ne s’en garda –
sur le leün, si l’esveilla.
Li leün fu mut curucez ;
la suriz prist ; tant fu irez,
de li voleit fere justise.
Ele escundist que en nule guise
a escïent ne l’aveit feit,
e li leüns atant le lait ;
petit d’onur, ceo dit, avereit
de li s[e]’il la ocieit.
Gueres de temps ne demurra
que un humme, ceo dit, apparailla
une fosse cavee dedenz.
La nuit fut pris li leün dedeinz.
Grant poür a ke hum ne l’ocie,
dedenz la fosse breit e crie.
La suriz vient al cri tut dreit,
mes ne saveit ki ceo esteit
quë ja el bois aveit esveillé.
Quant ele le vit si enginné
demanda li qu’il ad la quis.
Cil respunt quë il esteit pris,
ocis sereit a grant dolur.
Dit la suriz : « N’eiez poür !
Ore vus rendrai le guerdon
que a mei feïstes le pardun,
quand od mes piez vus oi merché.
Gratez la tere a vostre pé
tant que afermer vus i pussez,
e puis amunt [tres] bien saudrez,
que si pussez ça hors eissir ;
e jeo ferai od mei venir
autres suriz pur mei aider
as cordes, que ci sunt, detrencher,
e as resels ki sunt tenduz
ne serez mis si retenuz. »
L’enseignement a la suriz
fist li leüns, qu’il fu gariz.
De la fossë est eschapez,
la li valut humilitez.
Par ceste essample nus assume
que essample prengent li riche hume
ki sur les povres unt grant poër,
s’il lur mesfunt par nunsaver,
qu’il en eient bone merci.
Avenir peot tut autresi
que cil li avera grant mester
e meuz li savera cunseiller
a sun busuin, s’il est suppris,
que li meudres de ses amis.

Marie de France, n° 17 §

[P39]

L’hirondelle et le semeur de lin §

Par veil essample en escrit trois,
quant hume sema prime linois
e volst de lin le pru aveir,
l’arunde fu de grant saveir ;
bien s’aperceut ke par le lin
sereient oiseus mis a lur fin ;
del lin pot hum la reiz lacier,
dunt hum les pot tuz damager.
Tuz les oiseus fist asembler,
si lur voleit cunseil duner
qu’il alassent le lin manger,
qu’il ne peüst fructifïer.
Li plusur ne l[e] vodrent fere ;
al seignur alerent retrere
le cunseil lur aveit doné.
Quant l’arundel l’ot escuté
cum il l’aveient encusee,
de ses parenz fist asemblee
od les meillurs de sa lignee,
si s’est al vilein appeisee.
En sa meisun suffri sun ni,
la furent si oisel nurri ;
ele duna a sun lin peis,
ja par nul de eus nul perdra meis.
Cil fist del lin engins plusurs :
dunc prist oisels granz e menurs ;
n’eüssent pas del mal eü,
s’il eüssent dunc cunseil creü.
Ceste semblance est asez veire ;
quant fous ne veut le sage creire,
ki bon cunseil li set duner
e de sun mal le volt oster,
si damage l’en deit venir,
dunc est trop tart del repentir.

Marie de France, n° 18 §

[P376]

Les grenouilles qui demandent un roi §

Jadis avient que en un estanc
entur les rives e el fanc
ot de reines granz cumpainies,
que de lung tens i sunt nurries ;
la desdeignerent arester :
a la tere vodreient aler.
A lur destinee crierent
suventefeiz li demanderent
que rei lur deüst enveier,
kar d’autre rien ne eurent mester.
Quant meintefeiz eurent prié,
la destinee ad enveié
en mi cel’ ewë un trunc dur,
dunt eles eurent grant poür.
Cele que pres del trunc estut
e vit que pas ne se remut,
ses cumpaines ad rapelées ;
si sunt ensemble al trunc alees.
Primes le saluent cum rei,
e chescune li pramet fei ;
tutes le tienent pur seignur,
si li portent [mut] grant honur.
Mes, quant le trunc ne se remut,
celes virent que en pes estut,
en mi cel’ewe jut en pes,
sur li munterent tut a un fes,
lur vilenie sur li firent,
el funz de l’ewe l’abatirent.
A la destinee revunt,
rei demandent, car nul në unt ;
mauveis fu cil qu’il lur duna.
La destinee lur enveia
une coluvre grandë e fort,
que tuz les devore e treit a mort.
Tutes furent en grant turment ;
dunc crierent plus egrement
a la destinee merci
que lur ostat cel enemi.
La destinee lur respundi :
« Nenil, nenil ! Jeo vus suffri
tutes* vos volentez a feire :
seignur eüstes de bon eire,
vileinement le hunisistes
[or] tel l’aiez cum le quesistes ! »
Issi avient plusurs le funt
de [lur] bon seignur, quant il l’unt :
tuz jurs le veulent defuler
ne li seivent honur garder ;
s’il nes tient aukes en destreit,
ne f[e]runt pur lui tort ne dreit.
A tel se pernent quis destruit,
de lur aveir meine sun bruit.
Lores regretent lur bon seignur
a ki il firent la deshonur.

Marie de France, n° 19 §

[P486]

Le roi des colombes §

Colums demanderent seignur.
A rei choisirent un ostur,
pur ceo que meins mal lur fesist
e vers autres les guarantist.
Mes, quant il ot la seignurie
e tuz furent en sa baillie
n’i ot un sul ki l’aprismast
qu’il ne ocesist e devorast.
Pur ceo parla un des colums,
si apela ses cumpainuns.
« Grant folie », fet il, « fesimes
quant l’ostur a rei choisi[si]mes,
que nus ocist de jur en jur.
Meuz nus fust [il] que senz seignur
fuissums tut tens que aver cestui.
Einz nus guardïum* [nus] bien de lui,
ne dutïum* fors sun aguait ;
puis que l’umes a nus atrait,
a il tut fet apertement
ceo qu’il fist einz celeiement. »
Cest essample dit as plusurs,
que choisissent les maus seignurs.
De grant folie s’entremet,
ki en subjectïun s’entremet,
a crüel hume u a felun :
il n’en avera si hunte nun.

Marie de France, n° 20 §

[P403]

Le voleur et le chien §

De un larun cunte ki ala
berbiz embler qu’il espia
dedenz la faude a un vilein.
Ensemble od lui porta un pein ;
al chien voleit le pain bailler,
ki la faude deveit guaiter.
Li chiens li dit : « Amis, pur quei
prend[e]rai jeo cest pain de tei ?
Jeo nel te puis reguerduner
në a tun eos le pain guarder ! »
Li lere dist : « Jeo n’en quer rien.
Mangez le pein, e sil retien ! »
Le chien respunt : « N’en voil nïent !
Jeo sai tresbien a escïent
que ma buche veus estuper
que jeo ne puisse mot suner,
si embler[i]ez nos berbiz
quant li berkers est endormiz.
Trahi avereie mun seignur
que m’ad nurri desque a cest jur ;
malement avereit enpleié
qu’il m’ad nurri e afeité,
si par ma garde aveit perdu
ceo dunt il m’ad lung ten peü.
E tu me[is]mes m’en harreies
e pur treïtre me tendreies.
Ne voil tun pain issi guainer. »
E dunc comencet abaier.
Par essample nus mustre ci
chescun franc hume face einsi :
si nuls l’en veut doner lüer
ne par pramesse losanger
que sun seignur deive traïr,
nel veile mie cunsentir ;
atendre en deit tel guer[e]dun
cum[e] li chien fist del larun.

Marie de France, n° 21 §

[P547]

Le loup et la truie §

Jadis avient que un lus erra
par un chemin, si encuntra
une troie que preinz esteit.
Vers li ala a grant espleit
e dist que pes li vot duner ;
ore se hastast de purceler,
car ses purceus voleit aveir.
Cele respunt par grant saveir :
« Sire, cument me hastereie ?
Tant cum si pres de mei vue veie,
ne me puis jeo pas deliverer ;
tel hunte ai de vus esgarder.
Ne savez mie que ceo munte ?
Tutes femeles unt grant hunte,
si mains madles les deit tucher
a tel busuin ne aprismer. »
Adunc s’en va li lus mucier,
ki les purcels voleit manger,
e la troie s’en est alee,
que par engin s’est delivree.
Ceste essample deivent oïr
tutes femmes e retenir,
que [tut] pur sulement mentir
ne laissent lur enfanz perir !

Marie de France, n° 22 §

[P138]

Les lièvres et les grenouilles §

Ci dit que lievres s’asemblerent
a parlement, si esgarderent
que en autre tere s’en ireient
hors de la grave u il esteient.
Kar trop furent en grant dolur ;
de humes, de chiens eurent poür,
si nel voleient mes suffrir :
pur ceo s’en veulent fors eissir.
Li sage lievre lur diseient
que folie ert ceo que quereient
a eissir de lur cunissance,
u furent nurri des enfance ;
li autre ne l’en vodrent creire :
tuz ensemble tiendrent lur eire.
A une mare sunt venu.
Gardent el tai, si unt veü
u reines erent asemblees.
De poür de eus sunt esfrees ;
dedenz l’ewe se vunt plunger
desque [les] veient aprismer.
Uns lievres les ad rapelez.
« Seignur », fet il, « kar esgardez !
Par les reines que nus veüms,
que poür unt, nus purpensums
que nus alum querant folie,
que nostre grave avum guerpie
pur estre aillurs asseürez.
Jamés tere ne troverez
u l’um ne dute aucune rien.
Ralum nus en ! Si ferum bien. »
Atant li lievre returnerent ;
en lur cuntree s’en alerent.
Pur ceo se deivent purpenser
cil ki se veulent remüer
e lur ancïen liu guerpir
que lur en put aprés venir.
Jamés regne ne troverunt
ne en cele tere ne vendrunt
que tut tens seient sanz poür
u sanz travail u sans dolur.

Marie de France, n° 23 §

[P566]

La chauve-souris §

De un lïun dit que assembla
tutes les bestes e manda,
ki aloënt sur quatre piez ;
e li egles ad purchaciez
tuz les oisels quë eles unt
e que volent en l’eir lamunt :
bataille deivent od li tenir.
Quant ensemble durent venir,
[e] la chalve suriz les vit,
en sun queor ad pensé e dit
que mut redutout cel afaire :
ne sot as quels se d[e]u[s]t traire,
od ceus volt estre que veinterunt
e ki la greinur force averunt.
Sur un haut fust s’en est muntee
pur esgarder cele assemblee.
Ceo li fu vis, sun escïent,
que li lïuns aveit plus gent
e qu’il ert de greinur justise ;
od les autres suriz s’est mise.
Li egles fut amunt volez
od les oiseus qu’il ot mandez ;
tant en i ot, tant en [i] viendrent
que les bestes pur fous se tiendrent.
Quant la chave suriz les vit,
mut li pesa que od eus n’esteit,
des bestes est dunc departie.
Ses piez musça, si fist folie :
mes, quand les eles entreovri ;
par devant tus les descovri.
Dunc est sa felunie overte
e sa traïsun tut descuverte.
Desi as bestes la hüerent,
a lur crïere se clamerent,
de la chalve suriz se pleignent,
mut la hunisent e blasteignent,
e mustrent li sa felunie
e cum ele ad sa fei mentie.
Lur crïere lur ad juré
que elë en fra lur volenté
e que mut bien les vengera.
Puis la maudist e si jura
que jamés en liu ne venist
que oisels ne beste la veïst ;
tute la char li ad tolue,
ja puis ne seit de jur veüe ;
aprés la ruva issi hunir :
sa plume oster, lui descovrir.
Autresi est del traïtur
que meseire vers sun seignur
a ki il deit honur porter
e leauté e fei garder ;
si sis sires ad de li mestier,
as autres se veut dunc ajuster,
a sun busuin li veut faillir
e od autres se veut tenir ;
si sis sires vient el desus,
ne peot lesser sun mauveis us ;
dunc vodreit* a lui returner :
de tutes pars veut meserrer,
si honur en pert e sun aveir
e repruver en unt si heir,
a tuz jurs en est si hunis
cum fu dunc la chalve suriz
que ne deit mes par jur voler,
në il ne deit en curt parler.

Marie de France, n° 24 §

[P74]

Le cerf qui buvait à la source §

Issi avient que un cerf beveit
a une ewe, kar sei aveit ;
guarda dedenz, ses cornes vit.
A sei me[is]mes ad dunc dit
que nul beste le cuntrevaleit
ne si beles cornes n’aveit.
Tant entendi a sei loër
e a ses cornes esgarder
qu[e]’il vit chiens venir curant
e lur mestre aprés cornant.
Aprés lui vienent, sil quereient
pur ce que prendre le voleient.
El bois se met tut esmaiét,
par ses cornes est atachiét,
en un buissun est retenuz.
Dunc sunt li chien a lui venuz.
Quant il les vit si aprismer,
si se cumence a desreiner :
« Veirs est », fet il, « que vileins dit
par essemplë e par respit :
li plusur veulent ceo loër
qu’il devreient suvent blamer,
e blamer ceo que il devreient
forment loër s’il [le] saveient. »

Marie de France, n° 25 §

[P388]

La femme qui fit pendre son mari §

De un humme cunte li escriz
que mort esteit e enfuïz ;
sa femme demeine grant dolur
[de]sur sa tumbë nuit e jur.
Pres de ileoc aveit un larun
quë ert pendu* pur mesprisun ;
un chevaler le despendi –
sun* parent ert — si l’enfuï.
Par la cuntree fu crié :
que le larun aveit osté
sun jugement memes avreit ;
s’il ert ateint, pendu sereit.
Dunc ne sot [il] cunseil trover
cum il se puisse deliverer ;
kar sceü ert de mute gent
qu’il le teneit pur sun parent.
Al cimiterie vet tut dreit
u la prude femmë esteit
que sun seignur ot tant pluré ;
cuintement ad a li parlé,
dit li que ele se cunfortast,
mut sereit lez se ele l’amast.
La prude femme l’esgarda,
grant joie fist, si li otria
que ele fera sa volenté.
Li chevaler li ad cunté
que mut li ert mesavenu
del larun qu’il ot despendu ;
si ele ne li seit cunseil doner,
hors del païs l’estut aler.
La prude femme li respundi :
« Desfuium mun barun d’ici,
puis sil pendum la u cil fu :
si n’ert jamés aparceü.
Deliverer deit hum par le mort
le vif dunt l’em ad [tant] cunfort. »
Par iceste signefiance
peot hum entendre queil creance
deivent aver li morz es vifs ;
tant est li mund faus et jolifs.

Marie de France, n° 26 §

[P346]

Le loup et le chien §

Un lu e un chien s’encuntrerent
par mi un bois u il alerent.
Li lus ad le chien esgardé
e puis si l’ad areisuné :
« Frere », fet il, « mut estes beaux
e mut est luisant vostre* peaus. »
Li chiens respunt : « Ceo est veritez :
jeo manguz bien, si ai asez,
e suëf gis puis tut le jur ;
[par] devant les piez mun seignur
puis chescun jur runger les os,
dunt je me faz [e] gras e gros.
Si vus volez od mei venir,
e vus li voliez obeïr
si cum jeo faz, asez averez
plus vïande que ne vodrez. »
–» Si ferai, veirs », li lus respunt.
Dunc s’acumpainent, si s’en vunt.
Einz que a vile feussent venu,
garda li lus, si ad veü
cum le chien porta sun coler,
sa chaene le vit traïner.
« Frere », fet il, « merveilles vei
entur tun col, mes ne sai quei. »
Li chiens respunt : « C’est ma chaene,
dunt humme me lie la semaine ;
kar suventefeiz [je] mordreie,
[e] a plusurs riens mesfereie
que mes sires veut garantir ;
si me fet lïer e retenir.
La nuit vois entur la meisun
que n’i aprisment li larun. »
–» Quei ? » fet li lus, « est il issi
que aler ne poëz fors par li ?
Tu remeindras, jeo m’en irai ;
ja chaene ne choiserai,
meuz voil estre lus a delivre
que en ch[a]eine richement vivre,
quant uncore puis estre a chois.
Va a la vile, jeo vois al bois. »
Par la chaene est departie
lur amur et lur cumpaignie.

Marie de France, n° 27 §

[P130]

L’homme et ses membres §

Dë un humme voil ci cunter
e par essample remembrer –
de ses meins cunte e de ses piez
e de sun chief — k[i]’ ert iriez
vers sun ventre, qu[e]’il porta
pur lur guaainz qu[e]’il gasta.
Dunc ne volstrent mes travailler,
[si] li tolirent li manger.
Mes, quant li ventres jeüna,
hastivement afeblia
[e] meins e piez qu’il ne poeient
si travailler cum il suleient ;
quant [la] grant febleté sentirent,
manger et beivre al ventre offrirent ;
mes trop l’eurent fet j[e]uner
si qu’il ne poeit rien guster.
Li ventres reverti a nïent,
e meins e piez tut ensement.
Par ceste essample peot hum veer
— e chescun franc humme le deit saver –
nul [hum] ne peot aver honur
ki hunte fet a sun seignur,
ne li sire tut ensement,
pur qu’il voille hunir sa gent ;
si l’un a l’autrë est failliz,
ambur en erent maubailliz.

Marie de France, n° 28 §

[P533]

Le singe et le renard §

De un singe dit que demanda
a un gupil qu’il encuntra
[que] de sa küe li prestat,
si lui pl[e]ust, u en dunast ;
avis li fu que trop le ot grant,
e tuz sunt sans küe si enfant.
Li gupil demande que ceo deit
que sa cüe li requereit.
Le singe dist : « Ceo m’est avis,
ne vus en ert nïent de pis,
si m’en voliez un poi duner,
que ele vus nuist pur tost aler. »
Dist le gupil : « Ne vus en chaut !
Ceste requeste poi nus vaut.
Ja de ma cüe quë est granz
në aleverez voz enfanz
n’en autre regnéd n’entre gent
— jeo vus di bien apertement –,
mes que ele fust de tel afaire
que je ne la puisse a mei traire. »
Ceste essample pur ceo vus di :
de l’aveir humme est autresi ;
si il ad plus ke li n’estut,
ne volte suffrir (kar il ne peot)
qu’altre en ait eise ne honur ;
meuz le volt perdre de jur en jur.

Marie de France, n° 29 §

[P514]

Le loup qui fut roi §

D’un leon dit que volt aler
en autre tere converser.
Tutes les bestes assembla
e tut sun estre lur mustra
e qu’il deüssent rei choisir ;
kar ne quidot mes revenir.
N’i ot beste ke li ne preiast
que un autre leün lur baillast.
Il lur respunt qu’il ne l’a
ne nurri nul, kar il ne osa ;
dë eus memes deivent garder
ki meuz les puisse guverner.
Dunc aveient le lu choisi,
kar il n’i ot nul si hardi
quë osast prendre si lui nun :
tant le teneient a felun,
e a plusurs aveit premis
que mut les amereit tut dis.
Al lïun vunt, si li unt dit
qu’il aveient le lu eslit.
Il lur respunt : n’en dutent mie
que cuinte bestë unt choisie,
prest e ignel e enpernant,
si de curage e de talant
esteit si francs cum il devereit ;
mes de une chose se cremeit,
qu’il ne preisist a cunseiller
le gupil que tant sot tricher ;
amdui sunt felun e engrés.
Si del lu veulent aver pes,
si le facent sur sainz jurer
qu’il ne deie beste adeser
ne que jamés a sun vivant
ne mangast char [ne] tant ne quant.
Li lus ad volonters juré,
plus quë il li unt demandé.
Mes, quant il fu asseürez
e li leün s’en fu alez,
grant talent a de char manger ;
par engin vodra purchacer
que les bestes otrierunt
sa volenté e jugerunt.
Dunc ad un cheverol apelé,
en cunseil li ad demandé
que par amur veir li desist
de sa aleine si ele puïst.
Cil li respun que si pueit
que a peine suffrir le poeit.
Li lus se fist mut curuciez ;
pur ses hummes ad enveiez,
a tuz ensemble demanda
quel jugement chescun f[e]ra
de celi ki dit a sun seignur
hunte, leidesce e deshonur.
Cil li dient qu’il deit murir.
Li lus vet le chev[e]rol seisir,
si* l’ad ocis par lur esgart,
puis si manga la meillur part ;
pur sa felunie coverir
en fet [as] autres departir.
Aprés icele saülee
une autre beste ad apelee,
tut autretel li demanda
de sa aleine quei li sembla.
La dolente volt meuz mentir
que pur verité mort suffrir :
dit li que plus süef odur
ne senti [unc] mes ne meillur.
Li lus ad concilie asemblé,
a ses baruns ad demandé
que il deit fere par jugement
de celui que lui triche e ment.
Tuz jugent que ele seit ocise ;
dunc ad li lus la beste prise,
si l’ad ocise e depecie
e devant eus tute mangie.
Gueres aprés ne demurra
que li lus vit e esgarda
un singe gras et bien peü.
De lui ad grant talent eü ;
Manger le volst e devorer.
Un jur li ala a demander
de sa aleine si ele ert puiant
u si elle esteit süef ulant.
Le singe fu mut veizïez,
ne voleit mie estre jugez :
il* ne saveit, itant li dist.
Ne sot li lus qu’il en fesist,
kar il nel poeit treire a mort
s’il ne li vousist fere tort.
En sun lit malade se feint ;
a tutes bestes si se pleint
qu’il ne pot mie respasser*,
qui* l’alouent revisiter.
Cil li firent mires venir
pur saver qu’il peüst guarir.
Li mire sunt tu esguaré,
n’unt rien [ne] veü ne trové
qu’il eüst mal ne li neüst,
si mangers a talent eüst.
« Jeo ne ai », fet il, « nul desirer
fors de char de singe manger.
Mes jeo ne voil beste adeser ;
mun ser[e]ment m’estut garder,
si jeo ne eüsse tele reisun
que l’otriassent mi barun. »
Dunc li loënt communement
qu’il le face seürement :
cuntre cun cors de mal guarir
ne püent il nul guarantir.
Quant il oï k’em li loa,
le singe prist, [e] sil manga.
Puis eurent tut lur jugement,
ne tient vers eus nul ser[e]ment.
Pur ceo mustre li sage bien,
que hum ne deüst pur nule rien
felun hume fere seignur
ne trere lë a nule honur :
ja ne gardera leauté
plus a l’estrange que al privé ;
si se demeine envers sa gent
cum fist li lus del ser[e]ment.

Marie de France, n° 30 §

[P22]

Le loup et le berger §

D’un veneür nus cunte ici
quë un lu aveit acuilli.
Par mi un champ fuï li lus,
u un berker seeit tut suls.
Par sa franchise li requist
qu’il le musçat e si desist
al veneür qui l’ensiweit
que al bois esteit alé tut dreit.
Li pastre dist que si fera ;
desuz sa faude le musça.
Li venere vient [la] criant,
d’ures en autres demandant
si il aveit le lu veü.
Il li respunt ne seit u fu.
Od sa mein li vet enseignant
que al bois le deit aler querant.
Endementers qu’il li enseignot,
vers le lu tuz jurs [es]gardot,
ne pot ses oilz pas remüer ;
mes nepurquant l’en fist aler.
Quant il le vit bien esluiné,
si dist al lu qu’il ot muscé :
« Ne me sez tu ore bon gré
que jeo te ai issi deliveré »
Li lus respundi cuintement :
« Ta lange, tes mains vereiment
dei jeo », fet il, « bon gré saveir ;
mes une rien te di pur veir :
s’il alast a ma volenté,
ti oil seraient ja crevé !
Ta lange, tes meins me garirent,
ti oil pur poi me descovrirent. »

Marie de France, n° 31 §

[P509]

Le paon §

D’un poün cunte que fu iriez
vers ei memes e curucez
de ceo que tele voiz ne aveit
cum a lui, ceo dist, avendreit.
A la Destinee le mustra,
e la dame li demanda
s’il n’ot asez en la beauté
dunt ele l’aveit si aürné ;
de pennes l’aveit fet plus bel
que ne veeit nul autre oisel.
Le poün dit qu’il se cremeit
que de tuz oiseus plus viel esteit
pur ceo que ne sot bel chanter.
Ele respunt : « les mei ester !
Bien te deit ta beauté suffire. »
« Nenil », fet il, « bien le puis dire :
quant li ruissinol[ez] petiz
a meillur voiz, jeo sui huniz. »
Issi est il de [mut] plusurs :
cum plus unt, plus sunt coveitus.

Marie de France, n° 32 §

[P506]

L’agneau et la chèvre §

Une berbiz ot aignelé,
e li bercher l’en ad osté
sun aignelet, si l’en porta.
A une chevre le bailla,
que de sun leit l’ad bien nurri ;
al bois l’enmeine ensemble od li.
Quant elë ert creüe e grant,
puis l’apela, si li dist tant :
« Va t’en a la berbiz, ta mere,
e al mutun que est tun pere !
Asez te ai nurri lungement. »
Ele respundi sagement :
« M[ei]’ est avis que meuz deit estre
ma mere cele que me sot pestre,
meuz que cele ke me porta
e qui de li me desevera. »

Marie de France, n° 33 §

[P575]

Le voleur et les brebis §

Issi avient qu’en* un pastiz
ot grant cumpaine de berbiz.
Un bucher s’alot od sa mulier
par mi le champ esbanïer ;
les berbiz sanz garde trova,
un’ en ocist, si l’en porta.
Chescun jur* el champ rev[en]eit,
sis enporta e ocieit.
Les berbiz mut s’en curucerent :
entre eus distrent e cunseilerent
que ne se veulent pas defendre ;
pur dreit’ ire se laissent prendre,
ne ja ne se desturnerunt,
ne pur murir mot ne dirrunt.
Tant atendirent le bricun
qu’il n’i remist fors un mutun.
Quant sul seeit en la pleine,
ne put müer que ne se pleigne.
« Grant laschesce », fet il « fesimes
e trop mauveis cunseil creïmes,
que grant cumpainie esteiums,
quant nus ne nus defendïums
vers cest humme, quë a grant tort
nus ad tuz pris e jeté mort. »
Pur ceo dit hum en repruver :
plusurs se leissent damager,
cuntrester n’osent lur enemis
que ne facent a eus le pis.

Marie de France, n° 34 §

[P569]

Le roi des singes §

Un empereres nurri ja
un singe que forment ama,
e li singes bien atendeit
quanque as humes fere veeit,
cum l’empereür vit servir,
e ses festes li vit tenir,
cum tuz le tiendrent a seignur.
A la forest se mist un jur,
tuz les singes fist asembler,
petiz e granz, qu’il pot trover.
Sur tuz se fist lever a rei,
puis sis retient ensemble od sei.
Des plusurs fist ses chevalers
e des asquanz ses cunseillers,
e les sergaunz de sa meisun
establi il chescun par nun.
Dunc prist femme, si ot enfanz,
e tient festes riches e granz.
Dui humme erent al bois alé,
mes il esteient esguaré
la u li singe converserent :
utre lur volenté alerent
la u il erent assemblé :
nel firent mie de lur gré.
Li uns esteit forment leials
e li autre trichere e faus.
Quant en lur curt furent entré,
des singes sunt mut bien apelé.
Li leaus hum les esguarda ;
l’emperere li demanda
quei lui semblot de sa meisnee
si ele esteit bele e enseignee.
Li leals hum ad respundu
que avis li ert que singes fu.
« De mei e de ma femme di
e de mun fiz que tu veiz ici,
quei t’en semble ; nel me celer ! »
« Ceo que m’en deit », fet il, « sembler :
tu es singe e ele singesse,
leide, hiduse e felunesse.
Par tant poez saveir de tun fiz
que ceo est un singetel petiz. »
Al tricheür, sun cumpainun,
dist me[is]mes ceste raisun ;
demanderent de mot a mot.
E il lur ke li semblot
quë unc ne vit plus bele gent
ne meuz feussent a sun talent ;
aprés lur dist de lur seignur
que bien semblot empereür.
Dunc l’unt entre eus si honuré
de tutes parz li unt encliné.
Le leal humë unt dunc pris,
si l’unt desiré e maumis ;
pur sun veir dit li firent hunte.
Oëz l’essample de ceste cunte :
ne peot mie od le tricheür
li leaus hum aver honur
en curt u l’em voille tricher
e par mençunge faus juger.

Marie de France, n° 35 §

[P151]

L’âne et le lion §

D’un asne dit ki encuntra
un leün fier, sil salua :
« Deus te saut, frere ! Deus te saut ! »
Li leüns vit l’asne [si] baut,
si li respunt hastivement :
« Des quant fumes si pres parent ? »
Dist li asnes : « Merveilles oi !
Mut preisez autres bestes poi ;
tu quides bien, [e] si est faile,
que nule ne te cuntrevaile.
Vien ore od mei en sum cel munt,
u les bestes ensemble sunt,
e jeo te frai ja bien veer,
— e si purrez aparcever –
que eles avrunt poür de mei
autresi grant cume de tei. »
Li leüns est alé od lui,
[de]sur le munt vunt am[be]dui.
Desuz le munt en la valee
ot de bestes grant assemblee ;
li asnes prist a rechaner
e si leidement a crier
que les bestes se departirent,
tel poür eurent, sil fuïrent.
Li asnes dit : « Veiz tu, amis,
ceo que jeo te aveie pramis ? »
Li lïuns li ad respundu :
« Ceo n’est mie pur ta vertu
ne pur fierté k[e]’ en tei as,
mes pur le cri que tu crias,
que tant lur semble espoëntable
que tuz te tienent pur deable. »
Si est de l’orguillus felun,
que par manace e par tençun
e espoënte la fole gent
e quide bien a escïent
que nuls nel deie cuntrester
des qu’i l’orrunt en haut parler.

Marie de France, n° 36 §

[P142]

Le lion et le renard §

Un lïuns fu mut travaillez
e de curre tut ennuiez.
En une grave fist sun lit ;
mut fu malades a sun dit.
Les bestes fist a sei venir,
kar il voleit, ceo dist, choisir
ki meuz purreit en bois chacer
e sa vïande purchacer.
Un[e]s e un[e]s les mandot,
si ocieit e devurot ;
meuz les voleit issi manger
que aprés cure ne travailler.
Li gupilz fut od eus alez.
Hors de la grave est arestez ;
des noveles voleit oïr
ainz qu’il vousist avant venir.
Li lïuns sist, si l’esgarda.
Iriement li demanda
pur quei ne volt venir avant,
e li gupilz li respunt tant :
« Sire », fet il, « n’i os aler ;
kar n’en vei nul[e] returner
des bestes quë einz [i] entrerent
e pur vus veer i alerent. »
De curt a rei est ensement :
tels i entre legerement,
meuz li vaudreit ensus ester
pur [les] nuveles escuter.

Marie de France, n° 37 §

[P284]

Le lion et le paysan §

Ci [nus] recunte d’un lïun
que prist un vilein a cumpainun.
Entre eus cunterent lur parage,
si parlerent de lur lignage.
Li lïuns dist : « Fiz sui a rei. »
Dist li vileins : « Va ore od mei ! »
A un mur sunt amdui venu ;
ileoc ad li leüns veü
defors la porte une peinture
cum un vilein par aventure
od sa hache oscist un leün ;
si apela sun cumpainun :
« Ki fist ceste semblance ici,
humme u lïuns ? Itant me di ! »
— « Ceo fist un hum », dist li vileins,
« od ses engins e od ses meins. »
Dunc ad li lïuns respundu :
« Ceo est a tut puple coneü
que hum seit entailler e purtrere,
mes li leüns nel seit pas fere.
Ore en irums ensemble ça. »
Li vileins veit, si* l’en mena
a un chastel l’empereür.
Issi avient quë en cel jur
aveient il jugé en plet
un barun que [li] ot mesfet ;
pruvez esteit de traïsun,
sil fist geter a sun lïun –
a lung tens ot esté gardez
dedenz sa curt enchaenez –
e li l’ocist ignelepas,
mes n’i garda armes ne dras.
Li lïuns atant s’en depart
e li vileins que mut fut tart
qu’il s’en fuissent de ileoc turné.
En la gastine s’en sunt alé,
par mi les landes trespasserent ;
un autre lïun encuntrerent.
A celui dit qu’il fet desrei
qu’il meine le vilein od sei
ki seit la fosse apareiller
u il purreient trebucher ;
autresi seivent tut si parent :
ja l’ocireit, si le cunsent.
Li lïuns dist qu’il l’* escharnist,
ne suffera pas qu’i l’ocesist
pur nule rien, unc ne pensa.
Li vileins l’ot, sil mercia,
mut par li en ad dit bon gré.
Li liuns li ad dunc demandé
si lui semblot cum einz ot fet.
Dit li vileins : « Autrement vet ! »
« Jo vus dis einz », fet li lïuns ;
« ainz que [nus] fussums cumpainuns,
me mustrastes une peinture
sur une pere par aventure ;
mes jeo te ai plus verrur mustree,
a descuvert l’as esgardee. »
Par essample nus veut aprendre
que nul ne deit nïent entendre
a fable kë est de mençuinge
ne a peinture que semble sunge ;
ceo est a creire dunt hum veit l’ovre,
que la verité tut descovre.

Marie de France, n° 38 §

[PØ]

La puce et le chameau §

Une pulce, ceo dit, jadis munta
sur un chamail, sil chevacha
desi que en une autre cuntree.
Dunc s’est la pulce purpensee,
si ad mercïé le chameil
que si süef dedenz sun peil
l’aveit ensemble od li portee ;
jamés par sei n’i fust alee :
par sun travail le* servireit
mut volenters si ele poeit.
Li chamel li ad respundu
quë unc de li chargiez ne fu
ne ne sot que ele fust sur lui
ne que ele li fesist nul ennui.
Issi vet de la povre gent :
si as riches unt aprismement,
forment les cuident curucier,
damage feire e ennuier.

Marie de France, n° 39 §

[P112]

La fourmi et la cigale §

D’un hulchet cunte la maniere,
que desque a une furmïere
el tens d’yvern esteit alez ;
par aventure est einz entrez.
Vïande demanda e quist,
kar n’en aveit n[i]ent, ceo dist,
en sa meisun n’en sun recet.
Dist la furmie : « Quei as tu dunc fet,
quant viande deüssez guainer
en aüst e tei purchacer ? »
— « Jeo chant », fet il, « e si deduis
a autres bestes, mes ore ne truis
ki le me veule reguerduner ;
pur ceo m’estut ici arester. »
Dist la furmie : « Chant ore a mei !
Par cele fei que jeo te dei,
meuz fust que tu te purchassasses
el meis d’aüst e si guainasses
que fussez si de freit murant
e a nului us viande querant.
Pur quei te durreie a manger,
quant tu a mei ne puz aider ? »
Pur ceo defent que nul ne vive
en nunchaler n[e]’en udive.
Sulum ceo que chescun deit feire
se deit pener de bien atreire ;
plus est cheri s’il ad quei prendre
que si a autrui se deit entendre.

Marie de France, n° 40 §

[P655]

La corneille et la brebis §

Plest vos oïr de une corneile
que s’asist sur le dos de une oeile ?
Od le bek la feri durement,
sa leine li tola asprement.
La berbiz li ad dit : « Pur quei
chevaches tu issi sur mei ?
Remüe tei ! Si feras bien !
Seez une piece sur le chien,
si fai a lui cum fez a mei ! »
Dist la corneile : « Par ma fei,
ne t’estut mie travailler
que tu me deies enseigner :
jeo sui pieça tut enseignee ;
tant sui sagë e veizïee,
bien sai sur ki jeo puis seer
e a seür* puis remaner. »
Pur ceo nus mustre par respit
que ceo est veirs ke l’em [a] dit
par essamplë e par repreche :
bien seit chaz ki barbë il lecche.
Bien s’aparceit li vezïez
les queils il poet aver suz piez.

Marie de France, n° 41 §

[PØ]

Le riche et les serfs §

Un riches hum chevacha ja
par mi un champ, si esgarda
u dui serf ensemble parloënt ;
si estreitement cunseiloënt
cum s’il fussent entre grant gent.
Vers eus turna delivrement.
Demanda lur pur quel mester
voleient si estreit cunseiller,
quand nul humme pres de els n’aveit
ne nul lur parole n’en oeit*.
Li un respundi al seignur
qu’il n’aveient nule poür,
einz lur semblot vez[i]eüre
qu’il parloënt de tel mesure.
Ceo funt suvent li nunsavant ;
de teu chose mustrent semblant,
pur autre gent suzvezïer,
que lur ne peot aver mester.

Marie de France, n° 42 §

[P684]

Le riche qu’on saigne §

D’un mire kunte qui segna
un riche humme qu’il garda
en une grant enfermeté.
Puis aveit le sanc comandé
a sa fille, que ele l’esgardat
que nule rien n’i adesast ;
par le sanc, ceo dist, conustreit
quel enferté ses peres aveit.
La meschine porta le sanc
enz sa chambre desuz un banc.
Mes mut li est mesavenu,
kar tut le sanc ad espandu.
Ne l’osa dire ne mustrer ;
ne autre cunseil ne sot trover,
mes se me[i]mes fist segner
e sun sanc lessa refreider,
tant que li mires l’ot veü :
e par le sanc a parceü
que cil ert preinz qui l’ot lessé.
Le riche humme ad mut esmaié,
qu’il quidot bien aver enfant.
Sa fille fist venir avant ;
tant par destreit tant par amur
li estut cunustre la verrur ;
del sanc li dist que ele espandi
e que li autre esteit de li.
Autresi vet des tricheürs,
des larruns, [e] des boiseürs,
en ki la feluni meint :
par eus me[i]smes sunt ateint ;
quant meins se gardent de estre pris,
si sunt encumbré e ocis.

Marie de France, n° 43 §

[P520]

Le paysan et l’escarbot §

D’un vilein dit ki se giseit
cuntre le soleil se dormeit.
Adens giseit tut descovert
e ses pertus esteit overt.
Uns escharboz dedenz entra,
e li vileins s’en esveilla.
Grant mal li fist, tant que a un mire
l’esteit alez cunter e dire.
Li mires dist qu’il esteit preinz.
Ore fu mut pis que ne fu einz ;
kar li vileins bien le creï
et li fous peoples qui l’oï
dient que ceo est signefiance.
En poür sunt e en dutance ;
n’i ad celui ki bien ne creit
que grant mal lur avenir deit.
Tant est fol peoples nuncreables
que en veines choses nunverables
unt lur creance e lur espeir.
Li vilein gueitent pur saveir
par unt cil enfes deveit nestre.
Li escharboz par la fenestre,
u il entra, s’en est eissuz ;
dunc furent il tuz deceüz.
Par cest essample le vus di,
del nunsavant est autresi ;
ki creit* ceo quë estre ne peot,
u vanitez lë oste e muet.

Marie de France, n° 44 §

[P661]

La femme et son amant §

D’un vilein cunte que gueita
dedenz sun hus, si espia.
Un autre humme vit sur sun lit,
od sa femme fist sun delit.
« Allas », fet il, « quei ai jeo veü ! »
Dunc li ad la femme respundu :
« Quei avez vus, beau sire amis ? »
— « Un autre humme, ceo m’est avis,
sur le lit vus tint embracee. »
Dunc dis la femme tut curucee :
« Bien sai », fet ele, « n’en dust mie,
que ceo est vostre vielle folie ;
tu vels mençoinge tenir a veire. »
— « Jel vi », fet il, « sil dei bien creire. »
— « Fous es », fet ele, « si tu creiz
pur verité quan que tu veiz. »
As mains le prent, od li l’en meine
a une cuve d’ewe pleine ;
dedenz la cuve le fist garder.
Puis li cumence a demander
qu’il veit dedenz, [e] cil li dit
que sun ymagine memes vit.
« Pur ceo », dist ele, « n’iés tu pas
dedenz la cuve od tuz tes dras,
si tu veies une semblance.
Tu ne dez pas aver creance
en tes oilz, que mentent si sovent. »
Dist li vileins : « Jeo me repent !
Chescun deit meuz creire e saver
ceo que sa femme li dit pur veir,
que ceo que cis faus oilz veient,
que par veüe le foleient. »
Par cest essample nus devise
que [mult] meuz vaut sen e quointise
e plus aïde a meinte gent
que sis aveirs ne si parent.

Marie de France, n° 45 §

[PØ]

Encore la femme et son amant §

D’un autre vilein voil [i]ci cunter
quë od s femme vit aler
vers la forest sun dru od li.
Aprés eus vet. Cil s’en fuï,
si s’est dedenz le bois musciez,
e cil returne tut iriez.
Sa femme leidist e blasma ;
e la dame li demanda
pur quei parlast issi vers li ;
e ses baruns li respundi
qu’il ot veü sun lecheür
ki li fist hunte e deshonur,
e aler od li vers la forest.
« Sire », fet ele, « si vus plest,
pur amur Deu, dites me veir !
Quidastes vus hume veeir
aler od mei ? Nel me celer ! »
« Jel vi », fet il, « el bois entrer. »
— « Lasse », fet ele, « morte sui !
Demain murrai u encore hui !
A ma aiole avient tut autresi
e a ma mere, kar jel vi :
un poi devant lur finement,
ceo fu sceü apertement
que uns bachelers les cundueit,
e que od eus autre rien n’aveit*.
Ore sai jeo bien, pres est ma fins ;
mandez, sire, tuz mes cusins,
si departiruns nostre aveir !
N’os el siecle plus remaneir ;
od tute la meie partie
me metrai en une abeïe. »
Li vileins l’ot, merci li crie.
« Lesser ester », fet il « amie !
Ne departez de mei einsi !
Mençunge fu quan que jeo vi. »
— « N’i os », fet ele, « plus arester,
kar de m’alme m’estut penser,
ensurketut pur la grant hunte
dunt tu as fet si grant cunte.
Tuz jurz me sereit repruvé
que vilement avereie vers vus erré
si vus ne me jurez serement
si qu’il veient nostre* parent,
que n’en veïstes hume od mei.
Puis afierez la vostre fei
que jamés mot n’en sunerez
ne jamés nel me repruverez. »
— « Volunters, dame », il li respunt.
A un muster ensemble vunt ;
la li jura ceo que ele quist
e plus asez qu’elë* i mist.
Pur ceo dit hum en repruver
que femmes seivent enginner ;
les vezïez e li nunverrrable
unt un art plus ke li deable.

Marie de France, n° 46 §

[P652]

Les oiseaux et leur roi §

Des oiseaus dit que s’asemblerent
a parlement, si esgarderent
que entr’eus deüssent aver rei
quis governast par dreite fei.
Chescun dë eus numa le sun
a fere cele electïun.
Tuz esteient dunc esbaï
quant del cucu oient le cri :
ne surent quels oiseus ceo fu,
mes que tut tens diseit cuccu.
Mut le peot l’um de loinz oïr
kar tut le bois fet retentir.
Tuz diseient en lur gargun
e afermerent par raisun
que cil oisel, ke si chauntout
e si grant noise demenout,
deveit bien estre rei e sire
de governer un grant empire ;
s’il fust si pruz e si vaillanz
en ses ovres cum en ses chanz,
a seignur le voleient aver.
Mes il voleient primes saver
sun estre e sun cuntenement :
pur ceo gardent cummunement
ki deit aler en lur message.
La mesenge, que mut est sage
a parceivrë en verité,
l’unt dici qu’a li enveié.
La mesenge vola tut dreit
dici a l’arbre u il esteit ;
mut s’esteit pres de li asise,
si l’esgarda par grant quointise.
Ne preisa gueres sa manere,
kar il feseit mauveise chere.
Uncore vodra plus haut munter,
sun curage volt espruver :
sur une branche en haut sailli,
desur le dos li esmeulti.
Unc[es] li cuccu mot ne dist
ne peiur semblant ne l’en fist.
Arere s’en vet la mesange,
le cuccu laidist e blastenge :
ja de lui ne ferunt seignur.
As autres dist la deshonur
e la hunte qu’il li fist grant :
« Unc ne mustra peiur semblant.
Si uns granz oiseus li mesfeseit,
mauveisement s’en vengereit,
quant envers li ne se osa prendre,
ki est de tuz oiseus la mendre.
Eslisent tel ki seit vaillant,
pruz e sagë e enpernant ;
reis deit estre mut dreiturers,
en justise redz e fiers. »
A cel cunseil se sunt tenu,
e si unt esgardé e veü
que de l’egle ferunt [lur] rei ;
e si vus sai bien dire pur quei :
li egles ad bele grandur,
si est asez de grant valur ;
mut est sobres e atemprez :
si une feiz est bien saülez ;
bien repot j[e]uner aprés,
qu’il n’est de preie trpo engrés.
Prince se deit bien resposer,
ne se deit mie trop deliter,
lui ne sun regné aviler
ne la povre gent eissilier.
Issi l’unt fet cum jeo vus di.
Par cest essample nus mustre ici
que hum ne deit pas fere seignur
de mauveis humme jangleür,
u n’i a si parole nun :
tel se nobleie par tençun
e veult manacer e parler
que mut petit fet a duter.

Marie de France, n° 47 §

[P653]

Le paysan et son cheval §

D’un vilain nus cuntë ici
quë aveit un cheval nurri.
Tant l’ot gardé qu’il le vot vendre :
deners [en] volt aver e prendre ;
pur vint souz, ceo dist, le durra.
Un sun veisin le bargena,
mes ne vot mie tant doner ;
al marché les covient aler.
Cil a ki le cheval esteit
otri’ l’autre qu’il le larreit
al pris que cil humme i* metreit
quë encuntre eus primes vendreit,
desqu’il vendreient al marché ;
de tutes parz l’unt otrïé.
Quant el marché furent entré,
un humme borne unt encuntré
qui le destre oil aveit perdu ;
ensemble od eus l’unt retenu,
si li demandent sun avis
que del cheval die le pris.
Il lur respunt ke dis souz vaut
s’il est ignels, e süef e haut.
Cil ki le cheval bargena
de la süe part l’otria,
mes li autre le cuntredit,
kar trop l’aveit preisé petit.
Tant l’en ad dit e chastïé
que a la justise l’en ad mené,
si li mustra cument il fu ;
e li vileins ad respundu
ja sun cheval n’avra pur tant,
ne li tendra cel covenant.
Cil vot mustrer raisnablement
que bien li deit tenir covent,
quant pur lui ne fu mespreisez
ne pur l’autre plus avilez ;
unc nel cunut ne vel vit mes.
Li vileins li ad dit aprés
qu’il ne deit tenir sun esgart,
kar il nel vit fors de l’une part ;
pur ceo l’aveit demi preisié
qu’il n’en veeit fors la meité ;
ne pot mie d’un oil veeir
quei li chevals deveit valeir.
Icil ki entrë eus esteient
e le vilein parler oieient*
le turnerent en gaberie ;
n’i ad celui ki ne s’en rie.
Od sun cheval s’en est alez ;
par bel parler s’est deliverez.
Pur ceo volt ici enseigner
e mustrer bien e doctriner,
ki quë unc se sent entrepris
e n’eit od sei ses bons amis
ki [li] sacent cunseil doner,
que bien [se] deit cuntreguaiter,
si parler deit devant justise,
que en sa parole ait tel cointise,
par mi tute sa mesprisun,
que seit semblable a la reisun.
Li sages hum en grant destreit
turne suvent sun tort en dreit.

Marie de France, n° 48 §

[P662]

Le voleur et la sorcière §

D’un larun cunte ki se giseit
suz un buissun, si se dormeit.
Une sorcere le trova,
lez lui s’asist, si l’esveilla ;
S’il cumença a cunseiller
que tuz jurs tienge sun mester :
ele par tut lui aidera
en tuz les lius u il irra ;
ne lui estut nïent duter,
pur quei la voille reclamer.
Dunc fut li leres sanz poür.
Eissi avient que par un jur
fu entrepris a larecin ;
si l’i troverent si veisin,
si li dïent qu’il ert penduz,
kar malement s’est cuntenuz.
Il ad la sorcere mandee,
si l’ad a cunseil apelee,
si li prie ke lui aidast.
Cele li dist qu’il ne dutast,
aseür fust e tut en pes.
Quant des furches esteient pres,
si l’apela li leres a si.
« Dame », fet il, « deliverez mei ! »
— « Va », fet ele, « ne dutez rien !
Jeo te deliverai tresbien. »
Quant el col li mistrent la hart,
[e] cil cria de l’autre part
la terce feiz a la sorcere
que li membrast en queile manere
l’aseüra suz le buissun,
ele respunt par faus sermun :
« Puis cel’ hure te ai bien aidé
e meintenu e conseillé,
mes ore te vei si demener
que ne te sai cunseil duner.
Purpense tei quei tu feras,
ja par mei cunseil n’averas ! »
Pur ceo chastie tute gent
qu’il ne creient, Deus le defent,
en augure n’en sorcerie ;
kar trahiz est ki s’i afie ;
le cors en est mis en eissil
e l’alme vet en grant peril.

Marie de France, n° 49 §

[PØ]

Le forgeron et la cognée §

Un fevres fist une cuinee
bien trenchantë e bien forgee ;
mes ne s’en pot de rien aider
ne od li ne sot cument trencher
deci qu’ele fust enmancee
de aucun fust e apareillee.
Al bois ala pur demander
a chescun fust qu’il pot trover
al quel il li loënt entendre,
del queil il puisse mance prendre.
Quant ensemble en eurent parlé,
communement li unt loé
qu’il prenge de la neire espine :
neïs l’escorce e la racine
[en] est mut dure a depescer ;
de cel la peot bien enmancer.
Li fevres ad lur cunseil creü
kar ne l’unt mie deceü.
De l’espine ad la mance pris,
si l’ad en sa cuinee asis.
Od memes icele cuinee
ad puis l’espine detrenchee ;
mal guer[e]don li ad rendu,
que de lui ot sun mance eü.
Tut autresi est des mauvais,
des tresfeluns e des engrés :
quant uns produm les met avant
e par lui sunt riche e manant,
s’il [se] surpüent* meuz de lui,
tuz jurs li frunt hunte e ennui ;
a celui funt il tut le pis
ki [plus] al desus les ad mis.

Marie de France, n° 50 §

[P655]

Le loup et le mouton §

Jadis avient que un lu pramist
que char ne mangereit, ceo dist,
les quarante jurs de quareme ;
a tant [en] aveit mis sun esme.
En un bois trova un mutun
cras e refait, sanz la toisun.
A sei me[i]mes demanda :
« Quei est ceo », fet il, « que jeo vei la ?
Ceo est un mutun, m’est avis.
Si pur ceo nun que jeo ai pramis
que nule char ne mangereie,
de sun costé me refereie*.
Ore ait », fet il, « dit grant folie !
Jeol vei tut sul sanz cumpainie ;
ceo m’est avis, si jeo nel gart,
teus [i] vendra d’aucune part
que l’en merra ensemble od sei,
si nel larra nïent pur mei.
Jeol puis bien prendre pur un mutun,
sil mangerai pur un saumun ;
meuz vaut li saumun a manger,
e sil peot l’um vendre plus cher. »
Si vet de humme de mauvais quer :
il ne peot lesser a nul fu[e]r
sun surfet ne sa glutunerie ;
ja encuntre sa lecherie
humme ne femme lecheresse
ne gardera vou ne pramesse.

Marie de France, n° 51 §

[P364]

Le singe et son enfant §

Une singesse ala mustrant
a tutes bestes sun enfant
— [e] cil la teneint pur fole
e par semblant e [par] parole –
tant que a un liun le ala mustrer ;
si li comence a demander
s’il fu mut beus, e il li dit
unc plus leide beste ne vit ;
porter li ruve a sa meisun,
e si recorde ceste reisun :
chescun gupil prise sa cüe
si se merveille que ele est süe.
Cele s’en va triste et dolente.
Un urs encuntre en mi la sente.
Li urs estut, si l’esgarda ;
par quointise l’areisuna.
« Vei jeo », fet il, « ileoc l’enfant
dunt les bestes parolent tant,
que tant par est beus et gentilz ? »
- « Oïl », fet ele, « ceo est mes filz. »
- « Bailez le ça tant que jol bes ;
kar jeol voil veer [de] plus pres. »
Cler li baile, e il le prent,
si l’ad mangé hastivement.
Pur ceo ne devereit nul mustrer
sa priveté ne sun penser.
De tel chose peot hum joïr
que ne peot mie a tuz pleisir ;
par descoverance vient grant mal,
n’est pas li secles tut leals.

Marie de France, n° 52 §

[P663]

Le dragon et l’homme §

Ore cunterai d’un dragun
qu’un vilein prist a cumpainun,
e cil suvent li premetteit
que leaument lui servireit.
Li dragun le vout esprover
cum il se poeit en lui fïer :
un oef li cumanda a garder,
si [li] dist qu’il voleit errer.
De l’oef garder mut li preia.
E li vileins li demanda
pur quei li cumandot einsi ;
e li draguns li respundi
que dedenz l’of ot enbatu
trestut sa force e sa vertu ;
tost sereit mort, s’il fust brusez.
Quant li dragun fu esloinez,
si s’est li vileins prupensez
que l[i]’of n’ert pur lui garder :
par l’of ocira le dragun,
sun or avera tut a bandun.
Quant li of esteit depesciez
e li dragun fu repeirez,
l’escale vit gisir a tere,
si li cumença [a] enguere
pur quei ot l’of si mesgardé.
Ore seit il bien sa volenté,
bien aparceit sa tricherie :
departi est lur cumpainie.
Pur ceo nus dit en cest sermun
que a tricheür ne a felun
ne deit l’um comander sun or
ne sa vie ne sun tresor.
En coveitus në en aver
ne se deit nul trop afïer.

Marie de France, n° 53 §

[P664]

L’ermite §

D’un reclus cunte ki aveit
un vilein, que od lui esteit.
Quant li reclus de Deu parlat,
e li vileins li demandat
pur quei Adam manga le fruit,
par quei le people aveit destruit,
e, quant il la pume manga,
pur quei Deu ne li parduna ;
al reclus suvent en pesa,
tant que a une feiz se purpensa
que le vilein apeisereit
de la demande qu’il feseit.
Une grande gate demanda,
sur une table l’adenta ;
une suriz ot desuz mise.
Puis defendi que en nule guise
al vilein qu’il n’i adesast
ne ke desuz ne [re]gardast ;
kar il ireit a un muster
a ureisun pur Deu preer.
Quant li reclus s’en fu alez,
[si] s’est li vileins purpensez
que grant merveille li sembla
de la gate quë il garda ;
ne se pot mië astenir
qu’il ne la voille descovrir
pur veer iceo ke desuz fu.
Quant la osta, si ad veü
la suriz ke lui eschapa.
Mes, quant sis sires repeira,
mut s’en curuça durement,
si demanda par maltalent
pur quei ot la gatë ostee,
n’ot sa desfense pru gardee.
Le vilein li respunt aprés :
« Sire », fet il, « jeo ne poi mes :
u li queors me deüst partir,
u jeo l’alasse descoverir. »
— « U est la suriz devenue ?
Pur quei ne l’as [tu] detenue ?
La folie vus fust pardonee. »
— « Tost », fet il, « me fu eschapee. »
— « Ami », fet il, « or les ester !
Ne voilez mes Adam blamer,
si le fruit de l’arbre manga
que nostre sire li devea :
li deables li cunseilla,
que par sa femme l’enginna
e li pramist si grant honur
que per sereit al Creatur. »
Pur ceo ne deit nul encuper
autrui fesance ne blamer
ne mettre fame sur sun preme ;
chescun reprenge sei me[is]mes.
Tel quide blamer le fet d’autrui
que meuz devereit reprendre lui.

Marie de France, n° 54 §

[P665]

Le paysan en prière demandant un cheval §

D’un vilein cunte ki entra
en un muster e si ura.
Un sun cheval aveit mut cher,
si l’atacha hors del muster.
A Deu requist qu’il li aidast
e que un autretel cheval li donast.
Tant cum fist cestë ureisun,
sun cheval emblent li larrun.
Quant il fu del muster eissuz,
si esteit si cheval perduz.
Arere vet hastivement,
si prie Deu devotement
que autre chose ne requereit
n’autre cheval mar li dureit,
mes face li aver le suen,
kar il n’avera jamés si buen.
Pur ceo ne deit nul hum preier
de plus aver qu’il n’a mester :
ceo gart que ke Deus [li] ad doné,
si li suffise en leauté.

Marie de France, n° 55 §

[P666]

La prière stupide d’un paysan §

Un vilein ala al muster
suventefeiz pur Deu prier.
A Deu requist qu’il li eidast
e que sa femme cunseillast
e ses enfanz e nului plus ;
ceste preere aveit en us.
Sovent le dist od si haut cri
que un autre vilein l’entendi,
si li respunt hastivement :
« Deus te maudie omnipotent,
ta femme e tes enfanz petiz,
e nuls autres ne seit maudiz ! »
Par ceste essample volt retreire chescun deit tele priere feire
quë a la gent seit pleisable
e [qui] a Deu seit acceptable.

Marie de France, n° 56 §

[PØ]

Le paysan et le choucas §

D’un vilein cunte ki aveit
une caue qu’il nurisseit ;
tant la nurri que ele parla.
Un sun veisin la li tua.
Cil s’en clama a la justise,
si li cunta en queile guise
icil oisel suleit parler
les matinees e chanter.
Li juges dit qu’il ot mesfet ;
celui fist sumundrë a pleit.
De cordewan prist une pel,
si l’ad mise suz sun mantel ;
l’un des chés leise dehors pendre,
que li juges deüst entendre
qu’il li aporte pur luier,
que de sun pleit li deive aider.
Le mantel suvent entreovri,
tant que li juges le choisi.
L’autre vilein fist apeler
quë ert venu a lui clamer ;
de la caue li demanda
quei ceo esteit que ele chanta
e queile parole ele diseit.
Cil respundi qu’il ne saveit.
« Quant tu », fet il, « rien ne saveies
ne sa parole n’entendeies
ne nïent n’esteit sa chançons,
ne tu n’en deiz aver respuns. »
Cil s’en ala sanz sa dreiture
pur le lüer dunt cist prist cure.
Pur ceo ne deit prince ne reis
ses cumandementz ne ses leis
a coveitus mettre en bailie ;
kar sa dreiture en ert perie.

Marie de France, n° 57 §

[P668]

Le paysan et le lutin §

D’un vilein cunte ke prist ja
un folet que lung tens gueita
cil lui dona treis uremenz,
pur quei [il] nel mustrast as genz.
Le vilein fu joius e lez.
Quant a* sa femme est repeirez,
les deus uremenz li dona,
un en retient, pru nel garda.
Eissi furent bien lungement
qu’il n’i firent nul urement,
desquë a un jur qu’il aveient
a un manger, u il esteient,
de une berbiz l’eschine e l’os
dunt la meüle apareit fors.
La femme en ot grant desirer,
mes ne [la] pot aver as meins ;
si ad uré ke li vileins
eüst tel bek, mut li plereit,
lung cum li witecocs aveit.
Eissi avient cum ele ura ;
e li vileins s’esmerveila,
si ad uré que en veie fust
e que sun vis me[is]mes eüst.
Deus uremenz unt ja perduz
que nuls n’en est a bien venuz.
A pluseurs est si avenuz :
suventesfez [i] unt perduz
ki trop crei[en]t autri parole,
que tut les deceit e afole.
Li fous quide del veizïé
quel voillë aver cunseillé
si cume sei, mes il i faut,
kar tant ne seit ne tant ne vaut.

Marie de France, n° 58 §

[P669]

Le renard et le reflet de la lune §

D’un gupil dit quë une nuit
esteit alez en sun deduit.
Sur une mare trespassa ;
quant dedenz l’ewe [re]garda,
l’umbre de la lune ad veü,
mes ne sot mie quei ceo fu.
Puis ad pensé en sun curage
qu’il ot veü un grant furmage.
L’ewe comencë a laper ;
tresbien quida en sun penser,
si l’ewe de la mare ert mendre,
que le furmage peüst bien prendre.
Tant ad beü qu[e]’il creva :
ileoc cheï, puis ne leva.
Meint humme espeire, utre dreit
e utre ceo qu’il ne devereit,
a aver tutes ses volentez,
dunt puis est morz e afolez.

Marie de France, n° 59 §

[P670]

Le loup et le corbeau §

D’un lu cunte ke vit jadis
u un corbel s’esteit asis
sur le dos dë une berbiz.
Li lus parla od nobles diz :
« Jeo vei », fet il, « [mut] grant merveille :
le corp sur le dos d’une oweille.
Set la u siet, dit ceo que dit,
fet ceo que fet sanz cuntredit :
mal ne crent il de nule rien.
Si jeo i seïsse, jeo sai bien
que tute gent me hüereient ;
de tutes parz m’escriereient
que jeo la vodreie manger ;
ne me larreient aprismer. »
Issi est [il] del tricheür :
en esfrei est e en poür
- sa conscïence le reprent –
que tuz cunuissent sun talent.
Forment li peise del leal,
quë hume ne tient ses fez a mal.

Marie de France, n° 60 §

[PØ]

Le coq et le renard §

D’un cok recunte ki estot
sur un femer e si chantot ;
par delez li vient un gupilz,
si l’apela par muz beaus diz.
« Sire », fet il, « mut te vei bel,
unc[es] ne vi si gent oisel ;
clere voiz as sur tute rien :
fors tun pere, que jo vi bien,
unc[es] oisel meuz ne chanta ;
mes il le fist meuz, kar il cluna. »
— « Si puis jeo fere », dist li cocs.
Les eles bat, les oilz ad clos ;
chanter quida plus clerement.
Li gupil saut e si l[e] prent ;
vers la forest od lui s’en va.
Par mi un champ, u il passa,
current aprés tut li pastur ;
li chiens le hüent tut entur :
veit le gupil, ki le cok tient ;
mar le guaina si par eus vient !
« Va », fet li cocs, « si lur escrie
que sui tuens, ne me larras mie. »
Li gupil volt parler en haut,
e li cocs de sa buche saut ;
sur un haut fust s’[en] est muntez.
Quant li gupilz s’est reguardez,
mut par se tient enfantillé,
que li cocs l’ad si enginné ;
de maltalent e de dreit’ ire
la buche cumence a maudire,
ke parole quant devereit taire.
Li cocs respunt : « Si dei jeo faire :
maudire l’oil ki volt cluiner
quant il deit guarder e guaiter
que mal ne vienge a sun seignur. »
Ceo funt li fol : tut li plusur
parolent quant deivent teiser,
teisent quant il deivent parler.

Marie de France, n° 61 §

[PØ]

Le renard et la colombe §

D’un columb cunte ke jadis
sur une croiz s’esteit asis.
Un gupil vient desuz, sil vit.
En haut parla, si li [a] dit :
« Pur quei seiez* », fet il, « lasus
en si grant vent ? kar descent jus,
si seez od mei en cest abri* ! »
— « Jeo ne l’os fere », ceo respundi.
— « Pour nïent as poür de mei,
si te sai bien dire pur quei.
Jeo fu ore ainz a un cunté,
u grant peoplë ot asemblé.
Un brief i vient de part le rei
quë a mandé par dreite fei
que beste a autre ne mesface
n’a nul oisel ; ja Deu ne place
que entre eus ait mes si feite guere !
Pes veut mettre dedenz sa tere ;
ensemble purrunt mes aler
oiseus e bestes, en peis jüer. »
« Dunc descendrai », fet li culums.
— « Mes jeo vei la lez ces buissuns
deus chevalers mut tost aler,
si funt deus chiens od eus mener. »
Dist li gupilz : « Sunt il bien pres ? »
« Il chevachent », fet il, « adés. »
— « Meuz est que en cele grave voise
que par euls eie estrif ne noise.
Il n’unt pas tuz le bref oï
ki vient del rei, jol vus afi :
ne m’estuvereit pas remüer,
si tuz l’eüssent oï cunter ».
Si vet des feluns veizïez :
par eus sunt plusurs enginnez
par parole, par faus sermun
cum li gupilz fist le colum.

Marie de France, n° 62 §

[P672]

L’aigle, l’autour et les colombes §

Li egles est des oiseus reis,
pur ceo qu’il est pruz e curteis ;
li osturs est sis senescaus,
que n’esteit mie del tut leiaus.
Li elges sist par un grant chaut
sur la branche d’un cheine en haut.
Li ostur sist plus bas de lui,
garda aval, si ot ennui
des colums que desuz voletoënt,
jus a la tere entre eus juoënt.
« Vus vus jüez », fet il, « suz mei ;
mes, si li egles, nostre rei,
se fust d’ici un poi remüez
e sur un autre fust volez,
li gius ireit en autre guise ;
jeo fereie de vus justise ! »
Pur ceo ne deit princes voler
seneschal de grant fierté aver
ne coveitus ne menteür
si nel veut fere sun seignur.

Marie de France, n° 63 §

[P673]

Le cheval et la haie §

Un cheval vit u herbe crut
dedenz un pré, mes n’aparut
la haie dunt fu clos li prez :
al saillir enz s’est esteillez.
Ceo funt plusurs, bien le savez :
tant coveitent lur volentez
ne veient pas queile aventure
en vient aprés pesante e dure.

Marie de France, n° 64 §

[P674]

L’homme, le cheval et le bouc §

Un riches hum, ceo dit, aveit
un cheval, que vendre voleit,
e un sun buc tut a un pris.
Pur vient souz ceo dist a ses amis
[que] chescun d’eus voleit duner,
si nul les vousist achater.
Uns march[e]anz les bargena :
le cheval dit qu’il retendra,
mes li bucs n’en valeit n[i]ent.
Li riches hum par maltalent
dit que ambedeus achatereit
u ambesdeus les i larreit.
Veer pöez del nunsavant
que sun mal us prise autretant
cume sun bon tut oëlement ;
ne peot lesser sun fol talent.

Marie de France, n° 65 §

[PØ]

Les loups et l’escarbot §

Ci nus recunte cum uns lus
en une grave jut tut suls.
Desuz la cüe aval li entre
un escarboz deci al ventre.
Li lus saut sus, si s’esveilla ;
mut anguissusement cria.
Tant se vultra e tant sailli
que li escarboz s’en reissi.
Quant li lus l’esgarda e vit,
mut par li fu en grant despit.
« Allas », fet il, « dolenz, cheitifs,
ki dedenz mei t’esteies mis ! »
Li escarboz ad respundu :
« Certes », fet il, « bien est sceü
que jeo vail asez meuz de tei,
quant tu demeines tel buffei.
Ore asemble ta cumpainie
e ceus que te sunt en aïe,
e jeo asemblerai mes genz
e mes amis e mes parenz ;
demain tenum une bataille !
En mi cel champ seit sanz faille ! »
Li lus l’ad issi otrïé.
Pur ses eidanz ad enveié.
Li escarboz manda les ees ;
n’[en i] aveit un sul remés,
ne grosse musche ne cornet
ne bone wespe ne wibet.
Quant il deveient aprismer,
li lu volt les uens enseigner ;
cunseil, ceo dit, lur estut prendre :
s’il se veut vers eus defendre,
chescuns estut garder sa cüe,
u il irrunt a male voue.
Li cerfs lur dist : « E nus nus bendums !
De cele part nus estupums
qu’il ne puissent de la entrer !
Dunc purrum [nus] plus ferm ester. »
Issi l’unt fet cummunement ;
bendé se sunt mut fermement.
Mes, quant ceo vint a l’asemblee,
une wespe s’est [es]drescee,
si puint le cerf par les costez
e il sailli tuz esfreez,
qu’il se mesfit vileinement
e la bende desrump et fent.
Ceo dit li lus, ki esteit pres :
« Seignus, pur Deu, n’i esteium mes !
Mut par nus est mesavenu
quant li lïen sunt [de]rumpu.
Fuium nus en hastivement !
Si nus demurum ici neient,
n’i avera ja un sul de nus
n’eit suz la cüe treis u dous*. »
Cest essample nus dit de ceus
ki despisent les menurs de eus :
tant les avillent de lur diz
quë al grant busuin sunt honiz,
e meuz se seivent cil eider
la u il unt greinur mester.

Marie de France, n° 65b §

[P688]

Les loups §

Par veille essample recunte ici
que tuit le lu sunt enveilli
en cele pel u il sunt né ;
la remainent tut lur eé.
Ki sur le lu meïst bon mestre
quil doctrinast a estre prestre,
si sereit il tut dis gris lus
fel e engrés, leiz e hidus.

Marie de France, n° 66 §

[PØ]

L’autour et le rossignol §

Ci nus recunte d’un ostur,
ki sur le fust s’asist un jur,
u li russinol ot sun ni
e ses oiselez bel nurri.
A sei le* prist a rapeler,
si li cumanda a chanter.
« Sire », fet il, « jo ne purreie,
tant cum si pres de mei vus veie.
Si vus pleseit a remüer
e sur u autre fust voler,
jeo chantereie mut plus bel ;
ceo seivent tuit cist autre oisel. »
Autresi vet de mainte gent :
ne püent pas seürement
la u il dutent, bien parler,
si cum la u n’estut duter.

Marie de France, n° 67 §

[P576]

Le corbeau qui trouve des plumes de paon §

Del corbel cunte ki trova
par un chemin, u il ala,
plumes e pennes d’un poün,
si s’esguarda tut envirun :
plus vil se tient nul oisel
pu ceo qu’il ne se vit si bel.
Tutes ses plumes esraça,
quë une sule n’i leissa ;
des pennes al poün s’aürne,
trestut sun cors bel [en] aturne ;
puis s’asembla od les poüns.
Ne semblot par lur cumpainuns ;
od les eles le [de]batirent,
[e] si pis purent, pis li firent.
Dunc [s’en] revolt as corps aler,
si cum einz fist, corp resembler ;
mes il l’unt tut descun[e]u,
si l’unt ocis e debatu.
Ceo peot [hoem] veer de plusurs
ki aver unt e granz honurs :
uncore vodreient plus cuillir
ceo qu’il ne poënt retenir ;
ceo qu’il coveitent n’unt il mie,
e le lur perdent par folie.

Marie de France, n° 68 §

[P258]

Le lion et le renard §

Un lïon fu mut desheitez,
de mal suspris e empeirez.
Tutes les betes i alrent :
entre eus distrent e [es]garderent
que hum le deüst mediciner,
si nuls en seüst cunseil trover.
Al gupil se tiendrent plusur,
que de bestes set le retur
e as oiseus reset parler,
mecine quere e demander.
Par message le funt somundre,
e le gupil estut respundre ;
lez la sale s’esteit mucez,
kar quointes ert e veiz[i]ez.
Li leün mut se curuça ;
le lu, sun provost, apela,
demanda lui pur quei ne vient.
Li lus respunt : « Rien nel detient
fors l’engresté de sun curage,
kar jeo li enveiai* mun message.
Amener le f[e]rai e prendre,
vus le feites defeire u pendre,
sil chastïez si fierement
que sample prengnent si parent. »
Li gupil ot qu’il fu jugez,
mut durement s’est esmaiez ;
pas pur pas est avant venuz,
que des bestes fu bien veüz.
« U as esté tant ? » fet li leüns,
e cil li dit en sun respuns :
« Si m’aït Deus, beus sire reis,
ne sai quei fesissë anceis
que mescine eüsse trovee ;
puis ai erré meinte jurnee
que oï vostre comandement.
En Salerne fui vereiment,
si vus unt li mire mandé,
ki oïrent vostre enfermeté,
que un lu seit escorcié tut vifs,
si seit li sanc en la pel mis
sur vostre piz desque a demain :
de vostre mal vus rendra sain. »
Le lu pernent, kë ileoc fu ;
vif l’escorcent, tant l’unt tenu ;
al lïun unt la pel bailé.
[E] cil s’en vet a grant hasché ;
al soleil se sist pur garisun,
la vindrent musches e taün,
sil despuinstrent mut malement.
Li gupilz i vient tut quointement,
si li demanda quei la fesist
que sanz chapel ileoc s’asist.
« Tes guanz », fet il, « vei depescez
Autre feiz seez chastïez
que autre ne deiz par mal tenir,
que sur tei deive revertir. »
Tel purchace le mal d’autrui
que cel meme revient sur lui,
si cum li lus fist del gupil,
qu’il voleit mettre en eissil.

Marie de France, n° 69 §

[PØ]

Le renard et l’ourse §

D’un gupil nous recunte e dit
quë une urse trova e vit.
Forment li preia e requist
que ele suffrist que li fesist.
« Teis », fet ele, « mauvais gupilz,
mut par i es cheitfis e vilz ! »
— « Jeo sui », fet il, « tels cum jeo suil,
sil te ferai estre tun voil. »
— « Fui », fet ele, « leis më ester !
Si jeo t’en oi ja mes parler,
tenir te purras pur bricun :
jeo te baterai od mun bastun ! »
Tant l’a li gupilz enchacie
que l’urse s’est mut curucie.
Aprés curut pur lui ferir,
e il fuï pur lui trahir,
tant qu’il [la] meine en un buissun.
E les espines tut envirun
l’unt entaché e encumbré
e par la pel l’unt detiré,
se ke ne pot avant aler
pur nule rien ne returner.
Dunc revient li gupil par derere ;
sur li sailli cume trichere.
L’urse cumença dunc a cria ;
puis si li prist a demander :
« Mauveis gupil, quei f[e]ras tu ? »
Li gupilz li ad tost respundu :
« Ceo que [jeo] t’oi », fet il, « preié,
dunt tu m’aveies manacié. »
Ceo deit ester e remaner,
que pruz hum[e] dira pur ver :
as vezïez est bien avis
que lur parole est en tel pris
cum li engins de meinte gent,
que par cunsel venquent suvent.

Marie de France, n° 70 §

[P336]

Le lion malade §

Un lïun fu de mal grevez,
si ad tuz ses baruns mandez :
mires voleit que li quesissent,
que de sun mal le guaresissent.
Tuz li dient ja ne guarrat,
si queor de cerf mangé nen at.
Dunc assemblent lur parlement.
Mandez i fu, n’i vient n[i]ent ;
kar si parent e si ami
l’en aveint devant garni.
Un’ autre fez i fu mandez,
e il [i] vient tut esfreez.
Dunc li distrent qu[e]’il voleient
sun queor aver, si l’ocireient.
Li cerfs l’oï, si s’en ala ;
a grant peine lur eschapa.
La terce fez le remanderent,
e il [i] vient ; dunc le tüerent.
Einz qu’il par fust [bien] escorcez,
s’est li gupilz tant aprismez
qu’il lur aveit le quor emblé*,
si l’ad mangé e devoré*.
Quant il voleient avant porter,
si nel porent mie trover.
Entr’eus en tienent mut grant pleit,
si demandent ki ceo ad fait :
ki le quor lur aveit emblé,
grant huntë ot fet e vilté.
Les bestes ki esteint pres
surent le gupil mut engrés,
a felun e a mut veizïe :
dient qu’il ad le quor mangié.
Dunc unt le gupil apelé,
si li unt le quor demandé.
Il lur jura par ser[e]ment
qu[e]’il ne l’ot emblé n[i]ent.
« Seignurs », fet il, « jeo afierai
quë unc[es] le quor ne mangai.
Pire sereie d’autre beste ;
hum me deüst trencher la teste,
si encuntre le mal mun seignur
eüsse fet tel deshonur.
Ore en irum devant le rei !
Venez ! Si seez ensemble od mei !
Jeo me derainerai [tres] bien
que ne me mescrerra de rien. »
Dunc [en] vunt devant le leün,
si li mustrerent la raisun ;
del quor dient qu’i l’unt perdu.
Dunc a li gupil respondu :
« Sire », fet il, « ceo m’est avis
il veulent mettre en cest païs
ceo que ja n’ert në unc ne fu
ne que jamés n’i ert veü.
Quant li cerf fu a curt mandé
e pur oscire aresuné,
a grant peine s’en eschapa.
Quant terce feiz [i] repeira,
sacez qu’il n’aveit point de quer ;
kar il n’i venist a nul fu[e]r.
Mut fereie ke desleaus,
trop sereie mauveis e faus,
si jeo encuntre vostre santé
lur eüsse le quor issi emblé. »
Li liuns respunt que verité dist :
s’il queor eüst, ja n’i venist.
« Bien devum le gupil lesser,
que seins s’en puisse repeirer. »
Par me[i]mes ceste raisun,
quant fols prent sage a cumpainun,
si nule rien deveient partir,
le sage se set al meuz tenir,
par parole l’autre deceit ;
sa mençunge pur verté creit.

Marie de France, n° 71 §

[P675]

Le loup et le hérisson §

Del lu dit e del heriçun,
que jadis furent cumpainun.
Li hiriçuns deveit ester
cuntre les chiens e desturber ;
a lui les deveit faire entendre,
quant li lus ireit preie prendre.
Un aignel prist li lus un jur,
si l’escrierent li pastur.
Les chiens li vunt aprés huant,
e il s’en vet al bois fuiant ;
le* heriçun leist entrepris.
Quant il l’apele e dit : « Amis,
pur amur Deu, vien mei eider,
tu ne me deiz mie lesser »,
li lus respunt : « Aïe tei !
Kar ja cunseil n’avras pur mei. »
Li hiriçuns li ad prié :
« Baisez mei [dunc] par charité !
A mes enfanz purras cunter
e par enseines remembrer
que ore sunt povre e orphenin,
ke mei leissastes el chemin. »
Li lus beisa le hyriçun,
e il s’aert a sun mentun ;
a ses levres s’est atachez
e od ses broches* ferm afichez.
U il vousist u ne deinast,
al lu estut qu’il l’aportast.
Quant el bois fu od lui venu
li hyriçun est descendu ;
sur un aut chenë est munté.
Dunc s’esteit li lus recordé,
si li pria qu’il descendist
devant les chiens, sil defendist.
Li hyriçuns li respunt tant :
« Amis », fet il, « va t’en avant,
si te joïs de tun aignel !
La char [en] aies e la pel,
si tu te puis des chiens garir ;
kar jo ne quer rien partir.
Sul me eüssez ore einz lessé,
mes jo t’ai bien suzveizïé. »
Ceo peot hum veer del felun,
ke veut trahir sun cumpainun :
il me[is]mes est encumbrez
la u li autre est deliverez.

Marie de France, n° 72 §

[P51]

L’homme et le serpent §

Del vilein e de la serpent
nus cunte ici cumfeitement
eurent ensemble cumpainie
e leauté e fei plevie.
La serpent al vilein preia
e par amur li demanda
que leit li aportast suvent
deus feiz le jur par tel covent
que grant sen li enseignereit
e ke riche hume le fereit ;
si li mustra sun estre, u fu
e u lung tens aveit jeü,
dedenz une piere cavee
u ele s’esteit arestee.
Li vilein ne l’ad pas ublïé
que li në ad lait aporté ;
ele li duna mut grant or,
si li enseigna un tresor,
sa tere li fist bien arer,
si li enseigna a semer,
tant li duna or e argent
que merveille fu a la gent ;
mes bien li dist qu’il le perdreit,
de quel hure ke li plareit,
si [il] de rien li mesfeseit ;
kar bien e mal fere poeit.
Li vilein, quant vient a meisun,
a sa femme cunte la raisun
qu’il ot oï de la serpent.
Ele li respunt hastivement,
s’il [en] voleit sun cunseil feire,
qu’il en purreit a bon chef treire :
ocie la, si fera mut bien,
puis ne la crendra de nule rien ;
en dute en est, ore en sa merci,
bien se deit deliverer de li,
n’avera dute de sun mesfet ;
le buket li porte plein de leit,
puis si l’asie* a tere jus,
si s’e traië un poi ensus ;
quant la serpent vendra avant,
sa hache tienge bien trenchant,
si la fierge si durement
que n’[i] ait mes recovrement.
Li vilein dit ke si fera.
Le leit ad pris, od tut s’en va ;
le buket mist devant la piere,
puis [si] se traist un poi ariere.
La serpent vint*, si voleit beivre
[et li vilains la volt deçoivre ;
la hache hauce por ferir].
Le cop oï venir aneire,
en la piere se met dedenz,
e li vileins s’en va dolenz.
Ne demurra mes que al demein
tutes* les berbiz al vilein
furent en la faude trovees :
la serpent les ot acurees.
Sun enfant ocist el berçuel*,
dunt li vileins ot mut grant doel.
Par maltalent, par dreitë ire,
a sa femme cumença a dire :
« Femme », fet il, « cunseille mei !
Cist mal m’est [a]venu par tei :
tu me donas cunseil de mal,
fol e felon e desleal. »
Ele respunt a sun barun :
« Jeo ne sai cunseil ne mes un,
fors tant que tu voises a li,
si li criez pur Deu merci. »
Al vilein est tart qu’il i aut.
Plein buket prent de lait [tut] chaut ;
devant la piere a la serpent
en est venu dutusement.
Sa cupe bat, merci cria,
e la serpent li demanda
quei il quert la u tut sun leit.
« Merci », fet il, « de mun mesfait,
que nus fuissums ici amis
cum nus avums esté jadis ! »
- « Nenil, nenil », fet ele, « mestre,
ceo ne purreit en nul sens estre.
Autrement poüm nus entreamer :
si tu me veulz leit aporter
issu cum tu einceis fesis,
bien t’ert rendu, jol te plevis.
Le buket metras devant mun us,
e puis si te trarras ensus.
Ne te voil pas veer si pres,
kar jeo ne te crerrai jamés ;
ne sai cument [jeo] te crerreie,
tant cum en ceste pere veie
le cop ke ta hache i feri.
E jeo le sai tres bien de fi,
quant le berz verras devant tei,
u tes enfes fu mort par mei,
que de mei t’estut remembrer ;
tu ne me purras ublïer
sulunc iceste mesestance.
Tel amur e tel bienvoillance
cum entre nus devum aveir,
sanz mal fere, sanz mal voleir,
icest otrei que nus aiums,
si ke jamés ne nus creüms. »
Issi est suvent avenu :
de pluseurs femmes est sceü
que si cunseillent lur seignur
ke lur reverte a deshonur ;
meinte femme cunseille a feire
ceo dunt a plusurs nest cuntraire.
Sages hum ne deit pas entendre
ne a fole femme cunseil prendre,
cum fist icist par sa vileine,
dunt il ot puis travail e peine :
mut [e]ust grant aveir guainé,
si ele ne l’eüst forscunseillé.

Marie de France, n° 73 §

[P73]

Le mulot qui cherche à se marier §

Jadis fu [si] enorguilliz
li mulez, que resemble suriz,
qu’il ne voleit en sun parage,
en sun semblant, en sun lignage
femme quere, qu[e]’il preisist ;
jamés n’avera femme, ceo dist,
s’il ne la treve a sun talent.
[La] fille al plus haut element
vodra li mulez demander :
al soleil en ala parler.
Pur ceo qu’il esteit [li] plus haut
e en esté puissant e chaut,
lui prie sa fille a muiller ;
kar ne sot a plus haut aler.
Li soleil dist qu’il voist avant,
si trovera un plus puissant :
la nue que l’enumbre e fet obscure ;
ne put parer, quant sur lui cure.
Li mulez a la nue vient,
[e] dit que si puissant la tient
que sa fille volt demander.
Ele li rova avant aler ;
par raisun lui vodra mustrer
que plus puissant purra trover :
ceo est li venz — ki bien esgart –
que, quant il vente, la depart.
Fet li mulez : « A lui irai,
jamés ta fille ne prendrai. »
Idunc en est alez avant,
si li ad dit cumfeitement
la ue l’i ot enveié,
si li ot dit e enseigné
qu’il ert la plus forte creature,
en sa force n’aveit mesure :
tutes autres riens departeit,
quant il ventot, tut destrueit.
Pur ceo voleit sa fille prendre,
ne voleit mes aillurs entendre,
pur ceo qu’il ot oï* cunter
que rien nel pot cuntreester.
Li venz respunt : « Tu as failli ;
femme n’averas pas ici.
Plus fort i a ke jeo ne sui,
que mut sovent me fet ennui ;
encuntre mei si fort esteit
ne li chaut rien de mun forfeit ;
ceo est [fet il] li granz murs de piere,
que tuz jurz est forte e entiere.
Unc[es] ne le poi depescer
ne par vent[er] afiebl[i]er ;
e me rebut si fort ariere
que n’ai talent ke le requere. »
Li mulez li respundi tant :
« De ta fille n’ai dunc talant ;
ne dei plus bas femme choisir
que a mei ne deie apurtenir ;
femme prendrai a bon eür.
Ore en irai desquë al mur. »
Alez i est, sa fille quist.
« Tu as », fet ele, « meserré,
si n’as mis bien esgardé.
Ki pur [i]ceo ça t’enveia,
ceo m’est avis qu’il te gabba :
plus fort verras uncorë hui,
a ki jo unc ne cuntreestui. »
— « Ki est ceo dunc ? », li mulez respunt,
« a dunc plus fort en tut le mund ? »
— « Ore », fet ele, « ceo est la suriz.
Dedenz mei gist* e fet ses niz ;
il n’ad en mei si fort morter
que ele ne puisse trespercer ;
desuz me fuet, par mi mei vient
nule chose ne la detient. »
Li mulez dit : « Coment ? Ch[e]eles !
Ore ai oï dures noveles !
Ja est la suriz ma parente.
Ore ai perdu tute m’entente :
jeo quidoue si haut munter,
ore me covient a returner
e encliner a ma nature. »
— « Teus est le curs dë aventure.
Va a meisun, e si te retien
que ne voilles pur nule rien
ta nature mes despiser.
Teus se quide mut eshaucer
utre sun dreit e relever,
que plus estut bas returner.
Mespreiser ne deit nul sun dreit,
si ceo n’est mal, ki k[e]’il seit.
Ja ne saveras si luinz aler
que tu puisses femme trover
que meuz seit a tun ues* eslite
ke la suricette petite. »
Issi avient as orguillus,
as surquidez, as envïus,
que requerent qu’il ne devereient :
la revertent* u ne vodreient.

Marie de France, n° 74 §

[P650]

L’escarbot §

D’un escarbot nus cunte e dit,
et jeo l’ai trové en escrit,
que ot jeü en un femer.
Quand il fu saül de manger,
hors s’en eissi ; amunt garda
e vit l’egle cum il vola.
Mut par l’en tient a orguillus ;
en sun quor fu mut envïus.
As autres escarboz le dist
que lur sepande lur mesfist :
l’egle [a]veit [fet] curteis e bel,
il n’esteient ver* ne oisel ;
saül ne poeient voler,
a jeün* ne sorent aler.
« L’egle ai esguardé tut en jur,
que nus tenums [tuit] a seignur :
si haut vola que nel vi pas,
e quant il volt, si revient bas ;
mes sa voiz est [e] basse e quoie
n’est pas plus haut[e] que la moie ;
autresi est mis cors luisanz
cum e li suens, tut seit il granz.
Une chose ai en mun pensé :
në en yvern në en esté
ne voil mes en femer entrer ;
od autres oiseus voil voler,
si viverai cum il viverunt
e irai la u il irunt. »
Idunc cumencë a chanter
mut leidement e a crier.
Derere l’egle prist un saut,
car il quida voler plus haut.
Ainz que gueres fust luinz alez,
esturdi fu e estunez :
ne poeit mie haut munter
ne a sun femer puis asener.
Feim aveit [grant], manger voleit.
Par grant destrece se pleineit ;
ne li chaleit si oiseulz le oeit
ne si nul dë eus l’escharneit,
ne[e]nt plus que fet al gupil
quë autres bestes tienent vil.
« Ore ne chaut quë hum me tienge
verm u oisel, mes que jo vienge
dedenz la fiente del cheval ;
kar de feim ai dolur e mal. »
Issi avient des surquidez :
par eus me[i]mes sunt jugez ;
ceo enpernent que ne poënt fere,
dunc lur covient a[rrier] retrere.

Marie de France, n° 75 §

[P484]

Le sanglier et l’âne §

D’un sengler cunte encuntra
par un chemin u il ala
un asne quë ileoc estut.
Merveilla [sei] que ne se mut
e qu’il li ne leissa la veie
e que vers li ne s’asupleie.
A lui s’ahurtot malement.
Dunc l’apela par maltalent :
« Bien sai », fet il, « que jeo fereie,
si mes denz aguiser voleie. »
Par ceste essample nus assume
que si est de l’orguillus hume
que quide bien en sun penser
ke nul ne li deive cuntreester ;
tant par s’afie en sa pruesce
qu’il me[i]mes se hurte e blesce.

Marie de France, n° 76 §

[P685]

Le blaireau et les porcs §

Issi avient que par un an
ot en [un] bois plenté de glan.
Les pros i sunt mis e chaciez.
Li teissuns s’est acumpainiez
ensemble od eus, si recunut
que porc esteit et estre dut.
Quant li porc viendrent a maisun
e il vit fere l’occisiun,
li teissuns comence a crier,
a reneer e a jurer
que teisuns fu : ses piez musça,
quant od les porcs al bois ala.
Ceo est custume d’asquanz genz
— si est oï e veü suvenz — :
teles custumes veulent entendre ;
mes, quand il sunt aparceüz,
tuz jurs [en] sunt plus mescreüz.

Marie de France, n° 77 §

[P686]

Le loup et le hérisson §

Un lu s’esteit acumpainez
al hyriçun e bien afïez.
Puis avient si que li lus fu pris.
Al hyriçun a dit : « Amis,
aïe mei, si Deus te aït ! »
Li hyriçun respunt e dit :
« Aidier pas ne te pus.
Tel vou as fet que ne conus ;
tun vou t’estut ainz aquiter
que nuls te puisse deliverer ;
ja ne t’en aiderai anceis :
tel est la custume e la leis. »
Ceo veit hum suvent del felun :
tant enchantet sun cumpainun
qu’il me[is]mes est enginnez
e ja par lui n’ert aidez.

Marie de France, n° 78 §

[P687]

Le loup et le batelier §

Un lu vient a une rivere,
mes il ne sot en queile manere
utre l’ewe puisse passer.
Un vilein vit ileoc ester
en un batel, si l’apela ;
que utre le past, ceo le pria.
Li vileins dist qu’il ne fereit,
si bon lüer de lui n’aveit.
« Jo l’otri bien », ceo dit li lus.
El batel entrent ambesdous ;
de la tere sunt esluiné.
Li lus ad le vilein prié
qu’il li desist qu[e]’il fera.
E li vileins li cumanda
que treis paroles de saveir
il deüst dire al sun espeir.
« Jeo volonters », li lus respunt.
Idunc dresça la teste amunt ;
« Bien fet ki bien fet, ceo savez. »
Dist li vileins : « Ceo est veritez. »
Quant il furent un poi alé*,
si li ad le vilein rové*
que un veir deïst, e il retreit
[que] mut fet pis ki [si] ne feit.
Fet li vileins : « Ore dit le terz ! »
Li lus esteit mut veiz[i]ez ;
ne li voleit [mie] dire plus
ainz qu’il venist a tere sus.
Quant li lu esteit arivez,
al vilein dist : « Ore entendez !
Tut est perdu e luinz e pres
quan que l’em fet pur [le] mauveis. »
Fet li vileins : « Si Deu m’eït,
de treis choses m’avez veir dit.
Pur quei ne vousis ainceis dire ? »
Dunc comença li lus a rire :
« N’osai », fet il, « kar jeo cremeie
que de la nef geté sereie. »
As prudes hummes e as leiaus
avient suvent damage e maus
de la cumpainie as feluns ;
mauveis en est lur guer[e]duns.

Marie de France, n° 79 §

[P687]

L’autour et le hibou §

D’un ostur recuntë ici
que sur un fust aveit sun ni
e li huan ensemble od lui.
Tant s’entreamerent ambedui
que en un ni ensemble puneient
e lur oiseus ensemble aveient.
Orë avient si quë un an
li osturs les os al huan
aveit duiz, [e] echarpiz
od les suens oiselez petiz.
Puis lur ala quere vïande
si cume nature le demande.
Mes, quant a eus fu repeirez,
fu sis niz orz e suillez :
li huan l’aveient malmis.
Quant li ostur [se] fu asis,
ses oiseus leidi e blama ;
par maltalent lur repruva
que vint anz ot eire tenue,
unc[es] si grant descuvenue
si oisel ne li firent mes.
Cil li respundirent aprés
qu’il nes [en] deit mie blasmer,
lui me[i]mes deit encuper :
kar lur derere unt eü frere,
pur ceo est dreit que en sun ni pere. »
Il lur respunt : « Vus dites veir.
Legere chose est a saver :
de l’oef e poeie bien geter
[e] par chalur e par cover,
nel poi fors mettre de nature.
Maudite seit tel nureture ! »
Pur ceo dit hum en repruver
de la pume* del duz pumer,
si ele cheit desuz le fust amer,
ja ne savera tant rüeler
que al mordre ne seit recunüe
desur quel arbrë ele est crüe.
Sa nature peot hum guenchir,
mais nul n’en put del tut eissir.

Marie de France, n° 80 §

[PØ]

L’aigle, l’autour et la grue §

Un egles esteit mut iriez
envers un ostur e curucez.
Tuz les oiseus fist asembler ;
aprés l’ostur les fist voler,
saver s’il le purreient prendre.
Mes [il] ne lur volt pas atendre ;
el crus d’un chesne s’esteit mis.
Les oiseus l’unt entur asis,
puis esgardent ki l’asaudra
e ki avenir i purra.
Dunc unt la grüe enveié,
pur le lung col l’unt preié.
La grüe lance bek avant,
e li ostur demeintenant
l’aveit par la teste saisie.
La grüe fu si esbaïe
que li mesavient par derere.
Tuz les oiseus fist trere arere,
quë entur lui venuz esteient
e ki ja aider li voleient ;
tuz les ordea e mesbailli,
e il s’en fuient* desur li.
Quant ele ot sa teste fors mise,
purpensa sei que en nule guise
ne volst el païs arester,
ainz passera, ceo dist, la mer
pur la hunte que ele aveit fete,
que li sereit tuz jurz retrete.
Quant ele fu en mer entree,
si ad une maue encuntree,
si li demanda e enquist
u ele alot. E cele li dist
que de sun païs ert fuïe,
si li cunta sa vileinie.
Dunc [l’]ad la maue respundue,
demanda li si ele est venue
senz cel usteil qui l’a huni.
E la grüe li respundi :
« Einz l’ai », fet ele, « ensemble od mei. »
— « Dunc te lo jeo par dreite fei
que tu t’en vois en ta cuntree,
quant de celui n’es deliveree ;
greinur mal peot il aillurs fere. »
La grüe se mist al repeire.
Cest essample ai pur ceo cunté :
cil ki sunt plein de mauveisté
e en lur cuntree mesfunt,
puis la guerpissent, si s’en vunt,
pur ne[e]nt lessent lur païs ;
aillurs funt il autel u pis.
Lur mauveis quor deivent changer,
ne mie lur mauveis quor lesser.

Marie de France, n° 81 §

[P687]

Le prêtre et le loup §

Un prestre volst jadis aprendre
a un lu lettres fere entendre.
« A », dist li prestre, « a », dist li lus,
que mut ert fel e enginnus :
« B », dist le prestre, « di od mei ! »
« B », dist li lus, [e] jo l’otrei. »
« C », dist le prestre, « di avant ! »
« C », dist li lus, « a i dunc itant ? »
Respunt le prestre : « Ore di par tei ! »
Li lus li dist : « Jeo ne sai quei. »
— « Di que te semble, si espel ! »
Respunt li lus, il dit : « Aignel ! »
Le prestre dit que verité tuche :
tel en pensé, tel en la buche.
Le plus [de ceus] dit hum suvent :
cel dunt il pensent durement,
e par lur buche est cuneü,
ainceis que seit d’autre sceü ;
la buche mustre le penser,
tut deive ele dë el parler.

Marie de France, n° 82 §

[P93]

La vipère et le champ §

Une serpent trespassot ja
par mi un champ, [si] translança.
Li chans li dist : « Reguarde tei,
tu n’en portes n[i]ent de mei ! »
Autresi est des veisïez :
quant il se sont acumpainez,
entre eus se veulent si guaiter,
tant se quident susveizïer,
que li uns par l’autre ne perde
në autres fors eus n’i aerde,
dunt entre eux ne seient encumbrez
li uns par l’autre ne blamez.
Li uns de l’autre rien ne prent
plus que li chans de la serpent.

Marie de France, n° 83 §

[PØ]

L’hirondelle et les moineaux §

Um hom, ceo dit, entassot blé,
e l’arunde l’ad esguardé
cum li muissun defors estoënt,
quë al blé asprimer n’osoënt.
L’arunde dunc les apela,
que avant venissent lur rova.
Tant les aveit aseürez
que en la grange esteient entrez ;
del blé mangerent durement,
dunt le vilein firent dolent.
Idunc jura qu’il les prendreit
et qu’il les us estupereit.
E l’arunde les ad garni,
que le cunseil celui oï ;
li muissun s’en sunt desturnez,
deus jurs entiers n’i sunt entrez.
Li vileins dist a sun sergeant
que merveille li semblot grant
ke li muissun sunt devenu.
Li bachelers ad respundu
que l’arundel[e] l’aveit fet
qu’il s’esteient issi retret ;
« mes, s’il voleit sun cunseil creire,
teus paroles direit pur veire,
dunt l’arundele decevreit
e les muissuns li remereit ;
en haut parlast que ele l’oïst,
e si afermast e bien desist
que jamés oiseus ne prendreit
ne que ja mal ne lur fereit. »
Li vileins dist ceste parole,
[e] l’arundele, ke fu fole,
as muissuns l’ala recunter,
sis refist en la grange entrer.
Li vileins ad ses engins fet,
les muissuns ad pris e a mort tret.
Dunc tencerent a l’arundele
que ele lur ot dit male novele.
Ele lur respunt : « Cil me menti,
e jeo menti vus tut autresi ;
quant me dist veir, e jeo a vus.
Ore est li maus turné sur vus. »
Pur ceo mustre par cest escrit –
meintefeiz hum trovë e dit :
meint hume [i] a ki mentir veut
a celui ke li mentir solt.
Nul sagë hum ne devreit creire
parole nule, si ele ne fust veire ;
tel creit mençunge en sun curage,
que li turnë a grant damage ;
si fist l’arundele le vilein,
que les muissuns prist al demein.

Marie de France, n° 84 §

[P657]

L’homme et les bœufs §

Ci nus recunte en ceste fable
qu’uns vileins treist hors de sa stable
od ses bus les fiens qu[e]’il firent.
Li bus par tençun l’asaillirent,
si repruverent al vilein
la bone cerveise e le pein
que par lur travail ot eü ;
mes malement lur ad rendu ;
k’a grant hunte les demena.
E li vileins lur demanda
que ceo esteit qu’il lur fist feire.
« Fiens », funt il, « fors de l’estable treire. »
Dist li vileins : « Vus le femastes
e la meisun [en] encumbrastes. »
Li buf dient : « Ceo est veritez. »
Dunc s’est li vilein purpensez,
si lur respunt que hors le traient :
bien est dreiz que la peine en aient.
Issi va del mauveis sergant,
que tut en jur va repruchant
sun grant servise a sun seignur :
ne [se] prent garde de l’honur
[ne del bien ne del gueredun
k’il ad eü en sa maisun].
De ceo qu’il mesfet suvent
ne li peot suvenir nïent.
Quant sun travail veut repruver,
de sun mesfet li deit remembrer.

Marie de France, n° 85 §

[P521]

La mouche et l’abeille §

Une musche e un es tencerent
e ensemble se curucerent.
La musche dit que meuz valeit
e que en tel liu valeir poeit
u cele ne se osoit veer :
nis sur le roi poeit seer ;
e quanque l’ees tut l’an purchaçot
e atraheit e traveillot,
li ert toleit, si ert tué
e de sa meisun fors geté.
« Jeo e mes cumpainuns mangums
de tun miel tant cum [nus] volums. »
Li ees respunt : « Vus dites veir,
mes il est leger a saveir
que plus es vils que jeo ne sui,
kar en tuz lius fez [tu] ennui.
Sez u seez, vas la u vas,
ja par tun fet honur n’avras ;
jeo sui pur le mien fet amee
e mut cheri e bien gardee. »
Issi fet del natre felun :
quant il ad [le] bien en bandun,
vers les meillurs trop se noblee
e de parole s’esrichee,
par grant desdein les cuntralie.
Neis si nul est que bien li die
[la] leauté de son afeire
en pleine curt, les fera teire.

Marie de France, n° 86 §

[P324]

Le milan malade §

Un escufles jut en sun lit ;
malades est, si cum il dit.
Un jai ot sun ni pres de lui,
a ki il fist suvent ennui.
Li escufles se purpensa
que sa mere i enveera,
si li fra requere pardun
que pur lui facë oreisun.
« Mere » fet il, « kar li preez
qu’il prie pur mei, li requerez ! »
« Jeo », fet ele, « cument irai ?
Ne sai cument li prierai :
meintefeiz as suillé sun ni
e sur ses oiseus esmeulti. »
Issi est de la fole gent :
la u il unt mesfet suvent,
veulent aler merci crier,
ainz qu’il le veulent amender.

Marie de France, n° 87 §

[P676]

Les deux loups §

Deus lus hors [del] bois s’encuntrerent ;
la se resturent, si parlerent
que nul hum nes osot atendre,
tut ne vousissent il rien prendre.
Ceo dist li uns : « Kar assaiums
bien a fere, si nus poüms,
par quei nus eüssum honur
e que nul n’eit de nus poür. »
Li autre dit : « Jo oi merveilles,
quant tele chose nus cunseilles.
Di dunc u nus poüms aler ! »
— « Jeo te sai », fet il, « bien mustrer.
Veez la cel champ* u la gent sïent,
u lur garbes cuillent e lïent.
Alums [i] e si lur aidums,
e lur garbes ensemble portums ! »
— « Bien avez dit », cil li respunt.
Disci el champ venuz i sunt ;
le blé cuillirent e porterent,
mes les humes les escrïerent.
Li uns des lus ad dunc parlé,
sun cumpainon ad apelé.
« Veez », fet il, « cum nus escrient :
mal nus veulent, [e] pis nus dient.
Nostre bienfet ne vaut nïent
plus que li maus vers ceste gent.
Hastivement al bois alums,
seüms si cum nus sulïums. »
Iluc jurerent e pramistrent
jamés bien ne ferunt, ceo distrent.
Ceo veit hum suvent del felun,
ki a mut petit d’acheisun
laisse le bien qu[e]’il comence ;
s[i]’il ne veit en sa presence
le lüer quë en veut aver,
a mal en turne sun esper.

Marie de France, n° 88 §

[PØ]

Le loup et le renard §

Un gupil e un lu s’aïrierent
e ensemble se curucerent,
si que nul nes pot acorder
ne lur raisun a bien turner.
Nepurec par ceste acheisun
alerent devant le lëun ;
li parole li unt mustree,
de verité tut recordee.
Li lïuns dist que avis li fu
que li lus aveit tort eü
e li gupilz aveit raisun :
« Mes tant i ot de mesprisun
— e issi cum mei est avis –
tut eit issi li lus mespris.
Sa mençunge est plus covenable
e meuz resemble chose estable
que del gupil la veritez. »
Nul de eus ne deit estre jugez.
Issi deit fere li bon sire :
il ne deit pas juger ne dire,
si si hume, que de lui tienent,
ireement en sa curt vienent ;
ne deit si [en]vers l’un parler
que a l’autre en deie mut peser,
mes adrescer a sun poër
e l’ire fere remaner.

Marie de France, n° 89 §

[P572]

Le loup et la chèvre §

Une chevre voleit aler
la u pasture poeit trover.
Sun cheverol apela a li,
si li pria e defendi
qu[e]’il ne laissast pur murir
ensemble od eus bestes venir
pur parole ne pur preere
deci ke ele revienge arere.
Quant ele fu al bois venue
e li lus l’ot dedenz veüe,
al cheverol vet, si li rova
que l’us overist ; ceo li pria
od tele voiz cume la chevre aveit.
E li cheverol li respundeit
que la voiz de sa mere oï,
mes sun cors n[e]ent ne choisi.
« Va arere », fet ele, « lere !
Bien sai que tu n’es pas ma mere. »
Si li cheverol l’ust recuilli
en la meisun ensemble od li,
mangié l’[e]ust e devoré.
Pur ceo chastie le sené
que hum ne deie mal cunseil creire
ne mençunge tenir pur veire.
Tute gent seivent cunseiller ;
mes tuz cunseilz n’unt pas mester :
li feluns e li desleial
dunent tuz jurs cunseil de mal.

Marie de France, n° 90 §

[PØ]

L’homme et son instrument de mesure §

Ci nus cunte d’un mesurur,
que tere mesurot un jur.
Durement maudist la mesure ;
kar ne pot par nule aventure
od li, ceo dist, dreit mesurer.
La perche dist : « Lai mei ester !
Jeo ne faz par mei nule rien :
tu me gettes, ceo veit hum bien.
Mes tu es plein de tricherie :
sur mei turnes ta felunie. »
Issi funt li nundreiturers ;
quant hum aperceit lur mesters,
les autres veulent encuper
e lur mesfet sur eus turner.

Marie de France, n° 91 §

[P678]

La biche qui instruisait son faon §

Une bisse chastiot ja
un suen fëon que ele mena
cum il se deust par tut guarder
e des veneürs desturner
e del lu* qu’il ne l’encuntrast
qu’il ne l’ocesist e mangast.
Quant il aloënt si parlant
si unt veü un hume errant ;
arc portot, setes e bulzuns.
Sa mere apela li feüns ;
demanda li que cil huem fu.
E la byssë ad respondu :
« C’est cil dunt plus te deiz cremer
e greinur poür puz aver.
Mes ore l’esgarde bien de pres,
si tu l’encuntr[o]es jamés,
que de lui te saces garder. »
— « Nus n’estut pas », fet il, « duter.
Il ne nus veut fere nul mal ;
de l’autre part del cheval
est descenduz, si est mucez :
de nus veer est esmaiez. »
— « Nenil, beu fiz, de ceo n’i ad nïent ;
einz esgarde hardiement,
si vait sun fust aparaillant,
u ad grant mal el chef devant :
s[i]’il le fet vers nus venir,
bien en purrum le mal sentir.
Meuz est que nus en fuïums. »
Dunc li respundi li feüns :
« Ne fuirai mie, dici qu’il traie,
quel aventure que jeo en aie. »
En repruche dit hum suvent
que fous ne crent, dici que il pent.
Quant fol ne veut crere le sage,
suvent i pert par sun utrage.

Marie de France, n° 92 §

[P679]

Le corbeau et son petit §

Ci nus recunte d’un corbel
quë enseignot un suen oisel
qu’il ne deüst nul humme atendre
quil vousist encumbrer e prendre ;
s’il humme veïst baisser vers tere,
prendre bastun u piere quere,
dunc s’en deüst aillurs voler,
que cil nel poïst encumbrer.
« Si jeo nel vei », fet il, « beisser
n[e]’en ses meins rien manïer,
[me] dei jeo dunc[es] remüer ? »
Li corps respunt : « Laisse m’ester !
Vole par tei, si te haïe !
Ore sui sanz dute de ta vie ;
a mes autres oiseus irai,
a mun poeir lur aiderai. »
Par cest essample nus dit tant :
quant hum ad nurri sun enfant,
qu’il le veit sagë e veizié,
le queor [en] ad joius e lié ;
a sun cunseil le deit leisser
e puis les autres avancer.

Marie de France, n° 93 §

[P680]

Le loup et le bouc §

Par veil essample truis escrit
— e Ysopus le cunte e dit –
un bucs entra en une lande,
si alot quere sa vïande.
Guarda, si vit un lu venir ;
ne pot esturner ne guenchir :
en mi la lande s’arestut.
Li lus demanda que ceo dut
qu’il seit en cele lande mis
e qu’il aveit [la] dedenz quis.
Li bucs respunt : « Jeo vus fuï
tant cum jeo poi ; mes ore sai de fi
que je ne poi fuïr* avant :
pur ceo vus sui alé querant. »
Li lus li dist : « E jeo te ai quis
par tuz les bois de cest païs,
ceo m’est avis, un an entier.
Mut aveie grant desirer
de manger de ta char, que est saine,
si n’iés mie chargié de laine. »
— « Ore m’avez », fet li bucs, « trové ;
si vus requer par charité
que aucune merci e pardun
facez cest vostre cumpainun. »
Li lus li dist, quant il l’oï :
« Tu n’averas ja de mei merci,
kar ne te puis terme doner
que jeo te veie vif aler. »
— « Jeo ne quer terme », dist li bucs,
« fors tant que jeo die pur vus
une messë, autre pur mei,
sur cel tertre ke jo la vei.
Tutes les bestes qui l’orrunt,
quë as bois u as viles sunt,
ferunt pur nus a Deu preere. »
Li lus l’otreie en teu manere.
Hors de la lande amdui en vunt,
ensemble vienent tresque al munt.
Li bucs esteit desus muntez ;
li lus fu tut aseürez,
desuz remist, si atendi.
Li bucs leva en haut sun cri ;
si durement aveit crié
que li pastur sunt hors alé
e cil que pres del munt esteient
e as viles entur maneient.
Le lu virent, si l’escrierent,
de tutes parz les chens hüerent ;
le lu unt pris e deciré.
E il ad le buc apelé :
« Frere », fet il, « bien sai e vei,
malement avez prié pur mei :
bien poi entendre par le cri
que ceo ert preere de enemi.
Mut est mauveise ta pramesse,
unc[es] mes n’oï peiur messe. »
— « Par ma fei, sire », dist li bucs,
« tut autresi priai pur vus
cum vus vousistes pur mei feire,
kar fel estes e de put eire ;
ja ne poeie jeo merci aveir
que jeo vesquisse tresque al seir :
pur ceo m’estut de mei penser
e vus leisser u ublïer. »
Ceo veit hum de meinte gent,
que quident tut a escïent
que autre deive pur eus preer
e lur message bien porter ;
si parolent le plus pur eus
e leissent si ublïent iceus
a ki il eurent bel premis,
ne lur funt unc[es] fors le pis.

Marie de France, n° 94 §

[P681]

Le paysan et son épouse querelleuse §

Un vilein ot femmë espuse
que mut esteit cuntrarïuse.
Un jur furent ensemble alé
pur eus deduire par un pré.
Li vileins a sa femme dit
quë unc[es] mes des oilz ne vit
nul pré fauké si uëlement.
Ele li respunt hastivement :
« Ainz fu a uns forces trenchez. »
Dist li vileins : « Einz est fauchez. »
— « Einz est », fet la femme, « tunduz. »
Dunc s’est li vileins irascuz.
« Tu es », fet il, « fole pruvee :
ceste herbe fu od falcs copee.
Mes tu iés si engresse e fole
que avant veus mettre ta parole ;
la meie veus fere remeindre,
par engresté me vols ateindre. »
Li vileins l’ad aval getee,
si li ad la lange copee.
Puis demande quei avis li fu,
quë ele en aveit entendu,
si li prez fu od falcs fauchez
u [si] od forces fust trenchez.
La vielle, quant ne pot parler,
od ses deiz [li] prist a mustrer
que forces l’aveient trenché
e que falcs ne l’ot pas seié.
Par cest essample veut mustrer
— bien le peot hum suvent pruver –
si fols parole une folie
e autre vient que sens li die,
ne l[’en] creit pas, einz s’en aïre ;
la u il set que l’en est pire,
veut sa mençunge mettre avant ;
nul ne fereit de ceo taisant.

Marie de France, n° 95 §

[P682]

La méchante femme et son mari §

D’un vilein cunte ki aveit
une femme qu’il mut cremeit,
kar ele esteit mut felunesse,
de male part e tenceresse.
Eissi avient que par un jur
menot ses humes en labur ;
dunc prierent cil al vilein
que lur dunast cerveise e pein,
si en purreient le meuz ovrer.
A sa femme les ruve aler
e li prier que ele lur dunast,
kar pis lur sereit, s’il i alast.
Cil unt a la femme preié,
puis li unt dit e cunseillé
que sis sire pas nel voleit.
Dunc respundi que el lur dureit,
mes guardassent qu’il n’en eüst,
ne ne mangast od eus ne beüst,
ore alassent faucher les prez,
ele lur portereit asez.
Cil s’en alerent lïement.
Ele vient aprés hastivement,
viande e beivre lur aporta ;
que haitié fussent, ceo lur preia.
Ensemble asistrent al manger.
« Pensez », fet ele, « del haiter ! »
— « Si ferums nus », fet li baruns,
« e grant merci que nus l’avums*. »
Quant ele vit sun seignur lié,
mut ot le queor triste e irrié.
De sun barun se trest ariere ;
e il la siwi vers la rivere.
Tant cum ele se traist ensus,
e il la siwi e plus e plus*,
tant que li piez li eschapa :
en l’ewe cheit, si enfundra.
Les serganz saillirent aprés,
aval l’ewe curent adés
pur li tenir, que ele ne passast
e que li floz ne l’en* portast.
Li vilein les ad escrié,
dit que ne sunt pas bien alé ;
encuntre l’ewe la deient quere,
la la purrunt trover a tere,
la la querunt, si ferunt bien :
tant ert encuntre tute rien
que aval* l’ewe n’est pas alee,
od reddur n’est mie turnee ;
en sa mort ne feïst ele mie
ceo que ne vot fere en sa vie.
Issi avient : plusurs estrivent
vers lur seignurs, tant cum il vivent
ne saver ne veulent ne sentir
quels maus lur [en] peot avenir ;
lur riote tienent avant.
Quant il le va aparcevant,
e il le turne en maltalent,
si se venge plus asprement.

Marie de France, n° 96 §

[P658]

Le lièvre et le cerf §

Un lievres vit un cerf ester ;
ses cornes prist a reguarder,
mut li sembla bele sa teste.
Plus se tint vil que nule beste,
quant autresi n’esteit cornuz
e qu’il esteit si poi creüz.
A la sepande ala parler,
si li cumence a demander
pur quei ne l’ot [i]tel criee
e de cornes si aürnee
cum[e] le cerf qu’il ot vëu.
La deuessë ad respundu :
« Tu mesfez », fet ele, « lei mei ester :
tu nes purreies guverner. »
— « Si ferai bien », il li respunt.
Dunc ot cornes al chief* amunt.
Mes ne poeit mie porter,
kar ne saveit od tut aler ;
car plus aveit que ne deüst
ne que sa grandur n’est[e]u[s]t.
Par ceste essample veut mustrer
le coveitus e lë aver
veulent tuz jurs tant comencer,
e si se veulent eshaucer,
si enpernent par lur utrage
que lur turnë a [grant] damage.

Marie de France, n° 97 §

[P689]

Le loup et la colombe §

Un lu esgarda un colum,
que cuillot desuz un buissun
ramels, dunt sun ni voleit fere.
Li lus parla, ne se pot tere.
« Mut te vei », fet il, « travailler,
cuillir merin e purchacer :
jeo ne vei meudre ta meisun. »
Dunc [li] respundi li culum :
« E je te vei tuz jurz berbiz cuillir,
aignel e mutuns retenir,
e si n’en es meuz avancez
ne plus riches ne plus preisez. »
Issi vet il des robeürs,
des laruns e des tricheürs ;
quant il asemblent autri aveir,
mut le peot hum sovent veer
qu’il n’en sunt gueres amendé ;
tuz jurs vivent en poverté.

Marie de France, n° 98 §

[P605]

Le renard et le chat §

Un gupil e un chaz alerent
par mi un champ, si purparlerent
qu[e]’ il sereient cumpainum.
Dunc s’asemblent suz un buissun.
Li chaz al gupil demanda
par quels engins* se defendera
la u il erent entrepris.
E li gupil li dit : « Amis,
cent engins sai, u mut me crei,
e pleine puche en ai od mei.
Mes je ne voil la puche overir,
deci que cil deivent failir. »
Li chaz respunt par breve raisun :
« Nus n’erums mie cumpainuns,
kar jeo ne sai fors un engin,
ceo seivent bien tut mi veisin. »
La u il vunt issi parlant,
deus chiens [en] vienent tost curant.
Li gupil vers le chat escrie :
« Ore ai mester de ta aïe. »
Le chaz respunt : « Aïe tei !
N’ai que un engin, cel ert od mei. »
Dunc saut le chaz [de]sur l’espine.
Li* chien saisissent par l’eschine
le gupil, sil vunt detirant,
e li chaz li escrie tant :
« Cumpain, pur quei esparnies
que ta puche[te] ne deslies ?
Tu l’esparnies trop lungement !
Li chien te hastent durement.
Pur quei n’as tun sac deslïé ? »
— « Jeo l’ai », fet il, « trop esparnié ;
jeol te di bien, meuz amereie
tun sul engin, si jeo l’aveie,
que ces dunt ai ma puche pleine ;
jeo te vei deliveré de peine. »
— « Bien me deit », fet il, « remembrer
de ceo que jeo oi cunter :
suvent est ateint li gupilz,
tut seit li quointes par ses diz. »
Del menteür avient suvent,
tut parot il raisnablement,
sil put li sages entreprendre,
s’il veut a sa parole entendre.
Del leial hume est meuz creüe
une parole e entendue,
e plus put [il] en un grant pleit
que quanques li mentere feit.

Marie de France, n° 99 §

[P690]

L’homme et le navire §

Un riches hum voleit aler
utre [une] mer pur converser.
A Deu pria qu’i l’amenast
a sauveté, qu’il ne dutast.
Einz qu’il se fust aparceüz,
dedenz la mer est enbatuz.
Lors prie Deus qu’il meint a tere ;
ne li volt autre chose quere.
Cum plus comence a crïer,
e plus ala sa nes par mer.
Quant il vit que Deus ne feseit
la preere qu’il requereit,
quant a tere ne pot venir,
dist qu’il li face sun pleisir.
Aprés cel mot tost ariva
la u il vot e desira.
Li sages deit reisnablement
prier [a] Deu omnipotent
que de lui face sun pleisir :
de ceo li peot grant bien venir.
Kar meuz seit Deu quei li estut
que sis queors, [qu’il li] change e mut.

Marie de France, n° 100 §

[P691]

Le vieillard et le chevalier §

D’un chevaler voil [ci] cunter
e par essample remembrer,
quë un veil humme encuntra ja.
Ensemble od li s’acumpaina.
Pur ceo qu’il le vit remembré
e en meint liu aveit esté,
li vol[eit]t cunseil demander
en quele tere deust cunverser ;
kar il memes pru ne saveit.
E li vielz hum li respuneit
quë en la tere voist* ester
u tute gent le veulent amer.
« E si jeo », fet il, « ne la truis,
cunseillez mei queil part jeo puis
aler [e] ester a lung tens. »
Cil [li] respundi par grant sens :
« Va la ester e si me crei,
u tute gent eient poür de tei. »
—  « E si jeo tere ne puis trover
u la gent me veulent duter ? »
—  « Va la u nul hummes ne veies,
que nul ne sacë u tu seies. »
Par cest essample nus veut sumundre
que si deit hum a fol respundre,
ki plus enquert k’il ne deverait ;
si ot suvent que ne vodreit.

Marie de France, n° 101 §

[P692]

Le chat mîtré §

Un chaz seeit desur un fur
u ot [a]gueité tut en jur.
Vit le mulet e la suriz,
sis apela par mut beus diz
e dist que lur evekes diz
e que mal cunseil unt eü
que sa cunfermeisun n’aveient.
E les suriz li respuneient
que asez voleient meuz murir
que desuz ses ungles venir.
Les suriz s’en turnent fuiant,
e li chaz les vet enchaçant.
En la parei se sunt fichees :
meuz i voleient estre mucees,
si que eles ne puissent muveir,
que od lur esveke remaneir ;
mut crement sa cunfermeisun,
kar il le sevent a felun.
Par ceste essample nus devise
nul ne se deit mettre en justise
de celui que mal lui veut fere,
mes desturner de sun repeire.

Marie de France, n° 102 §

[P539]

La femme et la poule §

Une femme se seeit ja
devant son us, si esgarda
cum[e] sa geline gratot
e sa vïande purchaçot ;
mut se travaillot tut en jur.
A li parla par grant amur :
« Bele », fet ele, « lais ester
que [tu] ne voilles si grater !
Chescun jur grant a tun talent
pleine mesure de furment. »
La geline li respundi :
« A ! quei diz tu, damë, issi ?
Quides que jeo aime meuz tun blé
que ceo quë ai tut tens usé ?
Nenil, nenil », fet la geline,
« si devant mei estut une mine
tuz jurs pleine, pas ne lerreie
ne pur ceo ne [me] targereie
que jo ne quesisse tuz jurs plus
sulunc ma nature, sulunc mon us. »
Par ceste essample veut mustrer
que plusurs genz pöent trover
aveir e ceo quë unt mester,
mes [il] ne poënt pas changier
lur nature ne lur usage ;
tuz jurs coveitent en lur curage.

Marie de France — Épilogue

Épilogue §

Al finement de cest escrit
que en romanz ai treité e dit,
me numerai pur remembrance :
Marie ai nun, si sui de France.
Put cel estre que clerc plusur
prendereient sur eus mun labur
ne voil que nul sur li le die ;
cil fet que fol ki sei ublie.
Pur amur le cunte Willame,
le plus vaillant de nul realme,
m’entremis de cest livre feire
e de l’engleis en romanz treire.
Esopë apel’um cest livre,
qu’il translata e fist escrire,
del griu en latin le turna.
Li reis Alvrez, que mut l’ama,
le translata puis en engleis,
e jeo l’ai rimee en franceis,
si cum jeo poi plus proprement.
Ore pri a Deu omnipotent
kë a tel ovre puisse entendre
quë a lui pusse m’alme rendre.